Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 16 avril 2013

les nouveaux évergètes

L’aide vient parfois d’ailleurs, de contribution extérieure !. A l’époque héllénistique, existait une pratique qu’on appelait l’« évergétisme » consistant en une aide financière des riches et des élites en faveur de la collectivité et de leurs concitoyens. Son objectif initial étant de vouloir le bien, et bien que mêlant étroitement le politique, le social, l’économique, la pratique de l’« évergétisme » devait de fait servir la nécessaire entente sociale.

De nos jours, cette pratique existe toujours et semble même prendre de l’ampleur. A l’initiative de sociétés et de collectivités, des partenariats se créent pour soutenir financièrement l’action des associations.

Au Mans, trois associations dont l’activité s’adresse aux tout-petits et aux jeunes enfants ont bénéficié récemment d’une contribution exceptionnelle de la Ville du Mans et d’ERDF Sarthe. Contribution qui en quelque sorte s’apparente à l’évergétisme antique !

Vendredi 13 avril, les trois associations retenues (Sports Loisirs vacances Jalt Paladru, Loisirs Pluriel, L'Arc en ciel) ont ainsi été récompensées pour leur partenariat durable avec la collectivité, et leur engagement et valeurs fortes en lien avec l'enfance par la remise d’un chèque allant de 3 000 à 4 000 euros par ERDF.

En tant qu’élu délégué à l’Enfance et la Petite Enfance, je me réjouis que les associations puissent poursuivre leurs actions dans de bonnes conditions, en regrettant néanmoins qu'à terme ces actions de soutien ouvrant droit aussi à de l'optimisation fiscale, ne déstabilisent les aides pérennes.

samedi 13 avril 2013

Les Petits débrouillards ont 15 ans


                                                                                                             

A l’heure d’aujourd’hui, alors qu’on parle beaucoup de développer les activités culturelles, artistiques ou sportives dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, il me semble qu’on ne parle pas encore suffisamment du développement et de la diffusion de la culture scientifique et technique auprès de nos jeunes écoliers.

 

Or c’est une activité passionnante susceptible de les intéresser bien plus qu’on ne se l’imagine. On peut en effet facilement évoluer d’une activité pédagogique à une activité ludique où la curiosité de nos enfants et le besoin de comprendre le monde qui les entoure seront assouvis.

 

En tous les cas, voici l’objectif que s’est fixé depuis déjà 15 ans sur Le Mans, l’association Les Petits Débrouillards. A l’occasion de cet anniversaire, l’antenne ligérienne s’est réunie autour de ces bénévoles, animateurs et apprenants samedi 13 avril après-midi.

 

Bien sûr, il a été question de science en parlant de l’enjeu crucial de la gestion de l’eau mais aussi de convivialité. Soutenant l’association depuis sa création, j’étais encore de ce rendez-vous afin de leur témoigner mon attachement et mon soutien dans cette volonté de démocratisation de la culture scientifique qui s’attache à faire de nos enfants des citoyens actifs, critiques et éclairés du monde complexe dans lequel nous vivons.

mercredi 19 septembre 2012

Courrier à Mme la Ministre Pau-Langevin sur la classe Passerelle de l'école Maryse Bastié

Vous trouverez ci-dessous le contenu du courrier envoyé par Patrice Perdereau, adjoint au Maire du Mans, délégué à l'Enfance-Petite Enfance au sujet de la suppression de la classe Passerelle à l'école Maryse Bastié.

 

vendredi 14 septembre 2012

Ecole maternelle : que fait le directeur d’Académie ?

 

Au Mans, fermeture de classes malgré le seuil des effectifs atteint et propositions inadaptées à la réalité des besoins des écoles Paul Courboulay, de Louise Labé et de Marcel Pagnol, ont marqué la rentrée scolaire 2012-2013.

Les parents d’élèves de l’école Louise Labé ont accepté ce vendredi 14 septembre la proposition consistant à octroyer un professeur supplémentaire sans toutefois ouvrir une nouvelle classe. Les difficultés relatives aux écoles Paul Courboulay et Marcel Pagnol n’ont toujours pas été réglées.

El il n’est pas exagéré de dire que l’Inspecteur d’Académie n’a pas été des plus coopérants, s’attachant essentiellement à une gestion comptable des écoles mancelles.

Dernier fait en date, l’Inspecteur d’Académie provoque la colère de l’association des maires ruraux de la Sarthe en invitant les élus à une réunion sur un sujet aussi important qu’est la refondation de l’école, 24 h après l’invitation !

Autant dire que les délais étaient assez courts pour préparer une réunion-débat enrichie et constructive !

jeudi 1 septembre 2011

Courrier du Réseau Petite Enfance des villes de l'Ouest au Ministre de l'Education Nationale Luc Chatel

Les élus du Réseau Petite Enfance des villes de l'Ouest ont envoyé un courrier au Ministre de l'Education Nationale, Luc CHATEL, pour l'alerter au sujet des constats et impacts liés au recul de l'âge des enfants pour l'accès à la scolarisation.

Cliquez sur les images ci-dessous pour lire le contenu de ce courrier.


vendredi 12 août 2011

Art et chimie aux Sablons

Fabriquer de la peinture avec des produits naturels comme de la betterave et la lier avec des pommes de terre ou des blanc d'oeufs, c'est assez chouette. Les Petits Débrouillards ont une fois de plus captivé l'attention de leur jeune public. Ils étaient près de 24 ce vendredi après-midi rue de Belgique.

Cinq quartiers auront reçu la visite des Petits Débrouillards pendant tout ce mois d'août. L'originalité de l'opération "La Science en bas de chez toi", c'est d'abord la diffusion de la culture scientifique selon les techniques de l'éducation populaire. Et ça marche! Ensuite, c'est de s'adresser à un public non captif des structures de loisirs plus classiques comme les CLSH ou les bases sportives. Ici, on intervient vraiment en pied d'immeubles auprès d'enfants qui n'auraient rejoint aucune autre proposition d'activité.

Enfin, et ce n'est pas la moindre, les Petits Débrouillards développent une orientation écologique de la découverte scientifique. Donc, tout pour plaire à un partisan de la transition écologique de la société.

vendredi 5 août 2011

La fin des colos ?

L'article paru ce matin dans Ouest-France résumait assez bien la situation. Cet été, c'est aussi avis de gros temps pour les colos. Et les "jolies colonies de vacances" de P. Perret pourraient bien rejoindre définitivement l'Inventaire du Patrimoine. Une ritournelle que chantaient les grands-parents. L'affaire démarre par un recours déposé par Sud Isère auprès du Conseil d'Etat, qui a saisi la Cours de Justice Européenne, pour cause de repos minimum insuffisant (11h consécutives)dans les contrat d'Engagement Educatif.

Sud n'a pas tout faux et nous comprenons tout à fait leur revendication. Mais ce combat ne risque-t-il pas de donner à un coup de grâce à un secteur attaqué de toute part?

Né dans l'entre-deux-guerres, renforcé par le Front populaire et le Pacte social issu de la Résistance ( Sécurité Sociale), le secteur des vacances collectives et sociales est aujourd'hui dans une situation extrêmement délicate. Depuis vingt ans les colos ont subit moult assauts: rafales de nouvelles normes, accidents et incidents médiatisés, appels d'offre, baisse des aides familiales, replis ou retrait des collectivités, difficultés financières de Comités d'entreprises, mutation du tissu économique, développement de l'individualisme et du consumérisme, difficultés économique des familles...Et ce tout dernier coup, s'il est légitime, risque d'aboutir à une victoire très amère.

Dans un contexte économique déprimé, le renchérissement de 25 à 30% a hélas toutes les chances d'être fatal. Alors que l'Etat annonce qu'il diminuera ses participations financières aux collectivités locales, ces dernières vont devoir affronter une augmentation des taux d'intérêt dans le même temps. Avec les CE, les communes, les départements et les régions soutenaient encore ce secteur. Pour exemple, cet été, et comme les autres étés depuis 1977 et la victoire d'une équipe municipale d'union de la gauche, 1000 enfants du Mans seront partis en colos à la mer, à la montagne ou à l'étranger grâce au soutien à 60% de le Ville. Mais il y a fort à craindre que dans le silence et la "douceur" des lignes budgétaires de bien de collectivités, les colos vont morfler.

Pourtant, alors qu'il y a 20 ans 25% encore des enfants ne partaient pas en vacances, cet été, ils auront été près de 40%!

jeudi 5 mai 2011

Les Droits de l'Enfant à Guédou.

Après avoir accueilli en décembre dernier le concours national d’affiches sur les Droits de l’Enfant, la maison de quartier Pierre Guédou recevait quelques centres de loisirs maternelles et primaires autour d’animations très ludiques autour de la même thématique.

Cette journée très sympathique a été montée entre nos animateurs, les Franças puis avec le réseau associatif local comme les Bastringos pour les supports d’exposition. Une réussite qui m’a réjouit dès mon arrivée sur le parvis.

En revanche, l’arrivée de la correspondante territoriale de la Défenseure des Enfants qui revenait de Paris a jeté une ombre sur la manifestation. Elle nous annonçait la fin de la Défenseure des Enfants puisque celle-ci tenait le matin même sa dernière conférence de presse pour présenter son ultime bilan annuel.

Un bilan qui illustre assez bien ce que nos ressentons : une fragilisation économique des familles qui retentit sur les enfants.

samedi 8 janvier 2011

« Une ville facile à vivre pour les familles »


Nous présentions aujourd’hui un nouveau « guichet » en ligne au service des familles mancelles. Elles vont pouvoir maintenant s’informer et effectuer des démarches administratives. A partir du site de la Ville, on accédera à un Espace Famille qui aura une partie publique ouverte à tous et une partie privée accessible à l’aide d’un code famille et d’un mot de passe. On y trouvera toutes les informations et l’actualité des activités scolaires et périscolaires de l’enfant, comme les haltes garderies, les crèches, la restauration scolaire, les centres de loisirs…On pourra aussi effectuer les démarches concernant les enfants de chez soi et à tout moment.

Ce service propose aussi de visualiser et régler les factures en ligne, de poser des questions et obtenir des informations sur les activités proposées, de prendre connaissance des menus dans les restaurants scolaires et les centres de loisirs, d’obtenir toute information relative aux activités des enfants, de signaler un changement de données personnelles, de simuler son quotient familial. Néanmoins, j’ai souhaité conserver la notion « d’accueil » pour les inscriptions aux activités car elle est nécessaire pour vérifier ensemble les informations et, surtout pour nos activités éducatives et préventives, rien ne remplacera jamais une présence et un contact humain. Les soucis de parentalité sont trop importants pour que nous-mêmes ne laissions trop croire que la machine peut les résoudre. Par contre, il faudra changer et revisiter notre notion d’accueil et l’enrichir sur le plan éducatif.

 En route pour son extension.

 Quelques avis contrastés :

Une maman est ravie de pouvoir gagner du temps pour régler les factures et d’avoir ainsi beaucoup moins de paperasses : « Bien sûr que je vais utiliser ce service. C’est super. Je vais gagner du temps et, surtout, cela fera beaucoup moins de paperasses ». Par ailleurs, le fait de pouvoir consulter sur le site tout ce qui concerne la crèche et l’école de son quartier l’intéresse.

D’un autre côté, une autre maman considère qu’il ne s’agit pas d’un service en plus : « Pour moi, ce n’est pas un service en plus. Je continuerai à payer mes factures à papier. Ca m’énerve un peu, cette tendance à vouloir tout pointer et tout regrouper sous prétexte de faciliter la vie des gens ». Elle s’interroge sur l’utilisation des renseignements communiqués : « Est-ce pour mieux connaître et suivre les gens ? Qui va avoir accès à toutes ces données ? Qu’est ce qu’on fera de toutes ses informations. Je n’ai pas envie que tous les services de la ville sachent que j’ai payé telle ou telle facture en retard ».

Une autre maman : « Non, on n’utilisera pas le paiement en ligne. Tout simplement parce qu’on n’est pas des adeptes du règlement sur internet. Par contre, je trouve intéressant de pouvoir consulter les jours de présence des enfants sur le calendrier publié en ligne pour contrôler la facture. »

Finalement, nous avons eu raison d'avancer à pas mesuré...



mercredi 8 décembre 2010

Hommage au fondateur des FRANCAS

lundi 6 décembre 2010

La Défenseure des enfants rend son rapport 2010 en forme de cri d'alarme.

Logo_defenseur_des_enfants.png Menacée de disparition au même titre que la CNDS, la Défenseure des enfants a rendu son rapport 2010 en forme de cri d'alarme : 8 millions de personnes dont environ 2 millions d’enfants vivent sous le seuil de pauvreté avec un revenu inférieur à 950 euros par mois (la moitié d’entre elles vivant avec moins de 773 euros par mois après transferts sociaux). Ces enfants cumulent des inégalités au regard de leur logement (600 0000 enfants mal logés, 10 000 enfants vivant en CHRS, et 6 000 enfants de moins de 3 ans en centres maternels), de la prise en charge de leur santé, de leur parcours scolaire et du maintien des liens familiaux (143 800 enfants placés). Les effets de la précarité ont des conséquences lourdes sur la construction psychique et le devenir des enfants :
- L’absence de logement, le logement surpeuplé ou insalubre, l’hébergement d’urgence ont des conséquences directes sur leur scolarité, leur vie sociale et leur santé
- Les expulsions en hausse (10 000 par an) produisent chez les enfants des effets comparables à ceux de la guerre
- L’hébergement d’urgence fait éclater la cellule familiale
- Les difficultés d’emploi des parents sont un frein au logement et fragilisent d’autant la vie sociale et familiale
- La perte de l’estime de soi des parents et des enfants
- La peur du regard des institutions et des travailleurs sociaux par rapport au risque de placement des enfants
- La difficulté à se mobiliser dans les apprentissages scolaires du fait de la nécessité de soutenir la vie familiale
- Le déterminisme social dans les orientations scolaires (moins d’ambition personnelle et restriction des choix d’orientation).

Lire le rapport complet sur le site de La Documentation française.
D'après L. Muchielli

mercredi 1 septembre 2010

Fête des Etangs chauds.

" La magie a opéré" titrait la presse locale. Il y avait près de 5000 personnes cette année encore au spectacle qui clôt l'été des Centres de Loisirs de la Ville du Mans. La météo, c'est devenu une habitude, joue chaque fois avec nos nerfs. Une répétition a été annulée par une bruine insistante. Deux heures avant le spectacle un orage a tenté de bousculer la soirée. Et puis non tout a fonctionné. Le public des parents et grands-parents sous le charme depuis des années est fidèle et ne se laisse jamais échaudé par une nuée.

Je veux aussi féliciter les animateurs qui tout au long de l'été ont accueilli chaque jours 2000 enfants dans les CLSH de la ville sans pépins majeurs à regretter. Vraiment chapeau à eux, car ce sont 80000 journées enfants qui ont été réalisées et lors de chacun de mes passages j'ai rencontré des enfants jouant et heureux d'être là, puis des familles satisfaites venant nous remercier pour ce que nous faisons.



Enfin, bravo à l'équipe des Etangs Chauds, à Stephane Belland, le metteur en scène et chef d'orchestre des professionnels du spectacle qui entourent et préparent les enfants pour le spectacle. A chaque passage, je n'ai vu que sérénité et professionnalisme et j'étais moi-même donc très serein. Je suis chaque année ravi d'avoir revisité le spectacle créé par mon prédécesseur pour en faire depuis 2002 une soirée de cirque qui nous a permis de l'inscrire encore plus dans la durée.2011 sera l'année des 30 ans des Etangs-Chauds, Nous avons quelques idées...

lundi 28 juin 2010

Rencontre avec les 250 animateurs des centres de loisirs et de vacances



dimanche 20 juin 2010

Patrice reçoit les étudiants de l'AFEV et des familles en Mairie

Patrice a tenu à reçevoir les étudiants de l'AFEV pour les féliciter de l'objectif que compte développer l'association en assurant bénénovelement un suivi individuel de jeunes élèves, que ce soit pour du travail scolaire ou des loisirs le week end.
Retrouvez davantage de précisions en cliquant sur l'article ci-dessous.


lundi 14 juin 2010

AG des Francas ou la parabole du fouet selon Marx

Samedi 12 Juin se réunissaient les adhérents de l'association d'éducation populaire qui oeuvre dans le domaine de l'enfance depuis 1944, c'est à dire depuis la Libération. Les Francas appartiennent à toute cette mouvance née dans le sillage de la Résistance et plongeant ses racines et son inspiration dans l'esprit du Conseil National de la Résistance. Autant dire que les Francas et leur cortège de semblables ne sont pas à la fête ni en odeur de sainteté par les temps qui courent.

Et pourtant,les idées ne manquent pas. La radio Web, que le saint homme de la Résistance aurait aimée, la Guinée, les brevets de l'engagement, le génial Kamishibaï inspiré du théâtre japonais, les affiches sur les Droits de l'Enfant ...Autant d'adaptation à notre temps sans rien perdre de l'inspiration des fondateurs. Et l'hommage très sobre à Pierre De Rosa, au travers d'un petit texte intitulé "Cet été là..." et se poursuivant ainsi, "Ce sera un bel été, si tu donnes à des enfants des raisons d'espérer." était aussi émouvant, fort et fragile que les petits poèmes écrits sur les tableaux noirs d'une époque que la concurrence libre et non faussée voudrait révolue.

Et venons en au fait du moment. L'association comme toutes celles du secteur a connu une baisse de 25% de ses subventions de l'Etat en violation des conventions signées en 2008. Le Conseil Général a emboité le pas. La LOLF( Loi Organique relative aux Lois de Finance), ce puissant levier de réforme de l'Etat, comprenez son affaiblissement, a sévi avant que la RGPP( la Révision Générale des Politiques Publiques), entendez le démantèlement de l'intervention publique, ne vienne asséner ses coupes en postes de MAD. Et enfin, la réforme des collectivités territoriale qui risque d'agir avec la fin de la compétence générale et le gel des dotations, au mieux comme une épée de Damoclès et au pire comme le sabre des janissaires infligeant le coup de grâce. Triste tableau donc, en total contrepoint avec les doux propos d'espoir de P. De Rosa.

Tout cela me fais penser à "la parabole" de Marx: "Ce qui distingue principalement l'ère nouvelle de l'ère ancienne, c'est que le fouet commence à se croire génial."

jeudi 3 juin 2010

Service Enfance...la coéducation dans l'âme.

Ces deux derniers jours j'ai pu me rendre à trois moments organisés par les agents du Service Enfance, trois temps qui traduisent assez bien ce qu'un service public peut faire s'il ne s'en tient pas seulement à une mission singulière ou unique. Car c'est un peu à cela que l'on souhaiterait aujourd'hui le réduire pour mieux oublier que derrière un service public il y aussi, au-delà de son utilité immédiate, un projet de société et de vivre ensemble.

Le livre tactile

Mardi soir à la Médiathèque de l'Espal, les assistantes maternelles et les puéricultrices de la Crèche de Maillets ont invité les parents des enfants les plus grands( 18 mois à 3 ans) à découvrir le petit livre tactile que chacun a fabriqué avec l'aide d'une artiste, Pascale Etchecopar. Certains diraient: "ce n'est pas le coeur du métier, l'essentiel c'est d'accueillir et de permettre aux parents d'avoir une activité salariée". Eh bien non, les crèches doivent pouvoir aller un peu au-delà et participer à l'éveil et au développement des petits.


Ce petit livre est en tous cas une très belle réussite qui est aussi devenu un beau souvenir que les familles vont conserver précieusement.

Les Mayas aux Etangs-Chauds.


Le thème du village de cette année, en articulation avec la 25ème Heure du Livre, n'était pas simple à aborder. Interrogé il y a quelques semaines j'avais donné quelques pistes et insisté pour qu'on le traite, car les Mayas c'est un sujet qui fait rêver. Notre équipe projet a très bien réussi son coup. La classe de La Madeleine que nous avons suivie ce jour avec le Maire était attentive et captivée. Le travail réalisé préalablement en classe par les enseignants portait tous ses fruits et les élèves plongeaient dans l'atelier qui égrenait de façon très interactive, sur le mode de E=M6, ce qu'il faut savoir des mayas. On enchainait avec un petit spectacle et un jeu de plein air reprenant quelques points vus plutôt sur le mode cette fois de l'humour et de la course.


Un très chouette moment de coéducation entre l'école et les centres de loisirs. Bravo à nos équipes d'animation.

Jeux à Léonard de Vinci.

Cela faisait longtemps que je m'étais rendu à la " Maison de Retraite" du Centre Hospitalier. Lorsque le projet de rencontres intergénérationnelles m'avait été présenté, j'avais émis un avis réservé. Puis l'équipe d'animation de Centre de Loisirs de la Chasse-Royale y tenant tellement, j'avais dit OK. Eh bien , je m'étais trompé et j'en suis heureux car le moment de jeu auquel j'ai assisté était un vrai moment de partage. Ce sont des temps très délicats à construire et à vivre. Ici, papis et mamies n'ont pas été considérés comme des stocks de mémoires à transmettre à des enfants mais les deux générations ont été rassemblées autour de jeux ce mercredi, puis la précédente fois autour de chansons. La rencontre s'est faite grâce à des activités toutes simples qui ont permis de rompre quelques instants l'isolement des ainés et mis les plus jeunes en face de séniors qu'ils ne voient plus ou peu alors qu'ils sont de plus en plus nombreux.


un cadre de santé présent me disait qu'un monsieur très taciturne était, une précédente fois,reparti avec une photo d'un petit qu'il avait mise dans sa chambre. Et pendant plusieurs jours, alors qu'ordinairement les infirmières rentraient et sortaient de sa chambre sans qu'il ne dise un mot, il montrait "le gamin", en parlait et demandait quand il le reverrait. Je m'arrête là et je tire aussi mon chapeau à l'équipe de visiteurs bénévoles qui ont donné un super coup de main aux animateurs. A poursuivre.

mardi 27 avril 2010

AG de l'Arbre. Un sacré souffle humain.

C'était aujourd'hui l'assemblée générale annuelle de l'association l'Arbre. La salle de réunion de la rue de Pologne, aux Sablons, était petite mais pleine à craquer de militants bénévoles. Par la fenêtre en face de moi, derrière la table de présidence, un superbe ciel bleu aguichait notre attention et, pourtant, l'assistance est demeurée très attentive pendant deux heures. Les actions menées tout au long de l'année par l'assocations et les personnes présentes étaient plus fortes. J'avoue que souvent à ces moments, et c'était le cas cette après-midi, je pense à la petite réflexion d'Engels, dans un article sur B.Bauer et le christianisme primitif, citant E. Renan pour l'aider à dresser le portrait type des premiers chrétiens insurgés contre l'esclavage et bravant le pouvoir impérial: "Si vous voulez vous faire une idée des premières communautés chrétiennes, regardez une section de l'Association internationale des travailleurs".   


Alors bien sûr, je n'étais cette après-midi ni avec les premiers ni avec les seconds mais c'est certain avec des militants convaincus et infatigables de l'action sociale et de l'éducation populaire. Un petit groupe certes mais qui, sur ces quelques rues du secteur est des Sablons, fait un sacré boulot, très discret en direction de mamans seules très souvent étrangères venant de plus en plus de pays en guerre. En ces moments de crise, en plus de l'aide aux personnes prodiguée, ces associations constituent un filet humain qui fait tenir notre société. C'est à ce petit souffle humain qui traverse les époques que je voulais rendre hommage.Vous pourrez en savoir plus en allant les voir.

mardi 16 février 2010

Défenseure des Enfants. A suivre....

Suite aux différentes démarches que j'avais engagées avec l'appui de la déléguée départementale Mme Damais (signatures de pétitions, courriers et délibérations en Conseil Municipal), Mme Versini, Défenseure des enfants de Paris, m'a adressé le courrier que vous pouvez lire ci-dessous.

jeudi 4 février 2010

La semaine de 4 jours, c'est pas bio !

A 3 reprises cette semaine, j’ai eu à lire ou à écouter des réactions à propos des rythmes scolaires un an après que, selon la volonté présidentielle, toutes les écoles de France s’en remettent à la semaine de 4 jours, le samedi matin libéré.

Chacun sait que j’ai la dessus une idée bien arrêtée.

Tout d’abord lundi soir, avec les enseignants de l’école Camille Claudel, les parents d’élèves, un inspecteur de circonscription et un responsable du Conseil Général en charge des travailleurs sociaux du secteur ; nous avons échangé sur le temps du repas et les difficultés rencontrées ; y compris sur le temps scolaire avec certains enfants. J’étais venu avec mes statistiques d’incivilités de la fin de l’année 2009.Globalement, elles montraient une hausse. Et pas seulement dans l’école en question, mais presque partout. Livrées à la réflexion elles ont fait écho auprès des parents et des enseignants qui  comme moi pensaient qu’il y avait un lien avec les nouveaux rythmes.
 


                        Réunion des directeurs d'école

 

De retour en soirée, je prends la presse du jour qui traitait de la question en s’appuyant sur un rapport récent de l’Académie Nationale de Médecine. Enfin, aujourd’hui lors de la rencontre annuelle avec les directeurs d’écoles, le sujet a été évoqué.

Plutôt que de redonner mon  point de vue allons voir le rapport. Alors voilà :

Le rapport attesteque « l’enfant n’est pas au centre de la réflexion. L’aménagement du temps scolaire prend en compte de nombreux facteurs sociaux, économiques, politiques, pédagogique. La mauvaise qualité  du sommeil a pour corollaire une altération des capacités pouvant aller jusqu’à des troubles du comportement (violence, hyperactivité…) »

Alors mes stats !.



Plus loin, la semaine de 4 jours est pointée du doigt parce qu’elle s’accompagne d’une désynchronisation avec diminution de la vigilance de l’enfant les lundi et mardi. Les journées de 6 heures sont aussi trop longues. L’ANM rappelle ensuite les périodes difficiles notamment en hiver vers fin février. Eh bien çà promet pour février.

A l’école primaire, des études attestent de plus grandes performances mnésiques des enfants après un week-end d’un jour et demi au lieu de deux. La semaine scolaire devrait s’organiser   sur une journée moins longue, 5h par exemple et sur une semaine de 4 jours et demi ou 5 jours comme dans la plupart des pays européen, en proposant 1h d’études dirigées  en fin de classe l’après midi. Je crois vraiment qu’il faut  de nouveau un débat sur les rythmes en plaçant l’enfant au centre.

Les enfants ne rentrent pas à l’école à égalité, hélas ! Alors on imagine sans peine que dans le cadre d’une organisation scolaire aussi irrespectueuse des rythmes biologiques de l’enfant, certains se trouvent encore plus vulnérables.

Alors pourquoi botter en touche en attendant une décision nationale ?

samedi 21 novembre 2009

Forum loisirs et handicap

Samedi après-midi, à l'invitation du Pôle-Ressource Handicap, j'ai participé à une table ronde sur ce thème au Centre Social des Sablons.

J'ai beaucoup apprécié l'intervention de l'universitaire  qui a parlé, et proné l'inclusion à propos de l'accueil. Son concept faisait assez bien écho aux principes  qui ont fondé notre démarche d'intégration. Accueillir l'enfant et faire en sorte que son handicap disparaisse, le temps  du jeu, puis soulager ses parents, leur permettre de souffler, de se retrouver comme d'autres parents.

Les témoignages  des parents et des professionnels présents à propos de Loisirs-Pluriels ,que nous avons fondé aux Ardriers, m'ont fait très chaud au coeur. La tarification commune à tous les CLSH de la Ville, l'accueil mixte avec les enfants valides chaque mercredi et chaque période de vacances, tous disaient que ce qu'il faut faire est là sous nos yeux. Ces moments nous font toucher très concrètement du doigt l'utilité de notre action, et les heures passées avec Pascal, Joel ... prennent toute leur portée.

Dans la discussion, j'ai pu attirer l'attention sur le fait que notre Ville avait bien avant que je devienne Adjoint construit une culture et une volonté politique en la matière. Ca facilite l'action d'avoir eu des collègues qui ont jeté des bases solides.

Doucement, j'ai amené l'échange sur les dispositifs législatifs et d'accompagnement financier. Certes la Loi de 2005 est un sacré progrès, mais elle a fait de l'Etat  un prescripteur qui n'accompagne pas les collectivités à la hauteur de ce qu'il faudrait. Il a imaginé et créé la compensation. Très bien! Mais de nombreuses Maisons Dépatementales des Personnes Handicapées (MDPH) sont aujourd'hui dans la difficulté financière parce qu'il manque au moins 34 M d'euros à leurs budgets de fonctionnement. Enfin, en les confiant aux Conseils Généraux, l'Etat a ouvert la voie aux développements des inégalités de traitements sur le territoire. On aide plus ici et moins là.

Le rapport 2009 de la Défenseur des enfants y faisait d'ailleurs allusion. Il ait des domaines, et notamment pour que l'Egalité ne soit pas vaine, où la recentralisation aurait du bon. Allez... jacobin...

Une autre difficulté est venue dans le débat. La compensation étant financière et attribuée aux familles, ces dernières doivent être employeuses pour bénéficier d'un Auxilliaire de Vie. Là aussi, le gré à gré atteint toutes ses limites. L'Etat pourrait comme lors du dispositif Emploi-Jeune imaginer des pools départementaux portés par l'Education Nationale quitte à déléguer au secteur associatif ensuite, afin que le droit commun puisse être le lot commun des parents et des enfants. Car ces enfants ont le droit à l' "in"différence. 

- page 1 de 2