Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 6 septembre 2011

L'association Arc-en-ciel en soutien aux enfants touchés par la maladie ou le deuil

Patrice PERDEREAU a tenu à féliciter les bénévoles qui ont oeuvré pour l'association Arc-en-ciel dont la mission est de venir en aide aux enfants malades ou aux enfants dont l'un des parents est malade.
Retrouvez en cliquant sur l'image ci-dessous un article du Maine Libre consacré à Arc-en-ciel

 

mercredi 31 août 2011

Fête des Etangs CHauds

Avec un peu de retard, je reviens en quelques mots sur la Fête des Etangs Chauds. Sur le spectacle en lui-même, les enfants grâce au travail des animateurs et des intermittents ont été merveilleux. Dommage que la pluie soit venue interrompre leur prestation! mais, Pascal SIMONET, qui ne devait pas être le dernier des "moins malheureux" à prendre cette décision, a eu raison pour la sécurité des enfants.
De ce trentième anniversaire, je conserverai les mots simples et justes de mon amie Jeannine HAUDEBOURG, la "maman des Etangs Chauds". 


Son hommage très émouvant à Robert JARRY à sa passion de l'enfance et aux réalisations du "communisme municipal" au Mans et ailleurs. Son souci, en évoquant ses trente années, de parler des gens qui ont fait vivre l'équipement et bien sûr de Pascal SIMONET, premier directeur dont c'était l'anniversaire le soir même.

Un regret cependant. J'aurai bien aimé, comme je le demande depuis deux ou trois années, que les médias nationaux qui font ces petits feuilletons sur des événements, portent une attention aux enfants qui font le spectacle.

lundi 8 août 2011

les étangs chauds aide à la réinsertion



lundi 9 mai 2011

On ne met pas nos bébés à la consigne : Non à la marchandisation de la petite-enfance !

Cela fait plusieurs années que le secteur de la petite enfance se mobilise contre la politique du Gouvernement. Il y a de quoi ! Car les politiques impulsées vont à l'encontre de ce que nous pourrions attendre d'une politique ambitieuse basée sur l'épanouissement de l'enfant.


Mais plus grave encore, le Décret Morano, loin de s'attaquer à ce problème, autorise le surnombre d'enfants et livre le service d'accueil collectif de jeunes enfants à la libre concurrence. Il favorise également le secteur privé en encourageant la réalisation de jardins d'éveil payants pour les enfants de 2 à 3 ans dans lesquels les taux d'encadrement sont au rabais.
Nous n'acceptons pas, au PG, la privatisation de ce secteur. Ce sont de nouvelles structures collectives dont nous avons besoin. Seul un service public de qualité de la Petite Enfance garantit l'égalité des droits entre les hommes et les femmes, permettant aux femmes un retour au travail garanti et serein. Cela passe notamment par des créations de places en crèche. Il faut également mettre en place de réelles formations professionnalisantes pour les assistantes maternelles.
L'accueil de la petite enfance doit être exclu du champ de la directive européenne "Services" dont découle la mise en concurrence.
C'est ce à quoi s'engage le Parti de Gauche dans le cadre d'un gouvernement du Front de Gauche : abroger le décret Morano, désobéir à la directive européenne, en impulsant un véritable service public de la petite enfance.

dimanche 6 février 2011

Réseau Petite Enfancedes Grandes villes de l'Ouest.



mercredi 19 janvier 2011

Patrice Perdereau au journal de LMTV le 18 janvier 2011


L'Info du 18/01/2011
envoyé par lmtvsarthe-wizdeo. - L'actualité du moment en vidéo.

samedi 19 juin 2010

Ce que Ouest-France...

Nous respectons beaucoup le journalisme, c'est un pilier essentiel de toute démocratie. Pourtant, nous nous parfois étonnons de la façon dont il fonctionne.

Lors de l'orage très violent de la nuit du samedi au dimanche 6 Juin, la crèche Technopole a vu ses chéneaux débordés comme beaucoup de vérandas mancelles, à cause des pentes faibles de leur toiture. Des infiltrations d'eau ont imbibé des dalles " cartonnées" du faux-plafond suspendu, qui se sont fissurées et sont tombées. La crèche était fermée, c'était dimanche.

Mais voilà ce qu'écrit O-F:Ce que O-F aurait peut-être aimé écrire:

"La crèche toute récente est une passoire, les travaux seront très longs, les parents vont devoirs attendre au moins un..."

Enfin, ce que O-F n'écrira pas:

"Dés le mardi, les 50 bambins étaient accueillis dans 3 autres crèches. Il y a eu mobilisation des agents des services publics de la PMI et des crèches du Mans et la continuité du service public a été effective."

Bravo au service public et bravo à ses agents car ce jour tout est rentré dans l'ordre.

jeudi 17 juin 2010

L’accueil collectif de la petite enfance : nouvelle terre de conquête

                                   

Sous l’impulsion du gouvernement, l’Assemblée Nationale et le Sénat ont repoussé les tentatives (« et espoirs ») d’avoir en France une loi qualifiant les services sociaux en service d’intérêt économique général. Nous savions que cette Directive européenne même réécrite contenait encore en son sein le poison de la concurrence libre et non faussée. Son adoption par le Parlement Européen avec les voix de députés du PSE fut une faute importante.

De ce fait, les services et établissements d’accueil collectif de la petite enfance sont maintenus dans le champ de la directive service, et peuvent être en concurrence avec des sociétés du secteur marchand au motif que les établissements d’accueil des jeunes enfants (EAJE) ne peuvent être assimilés à des services d’aide à l’enfance qui, eux, sont exclus du champ de la directive.

Il est possible et nécessaire de contester cette interprétation car, à l’autorisation d’ouverture, s’ajoute l’obligation d’accueillir des enfants bénéficiaires de minima sociaux et des enfants en situation de handicap.

Quand nous rapprochons cette volonté gouvernementale de maintenir les crèches dans le champ de la directive et le décret présenté par Nadine MORANO venant modifier les conditions d’accueil des enfants dans ces mêmes établissements, nous nous trouvons face à une politique délibérée visant à favoriser l’intervention du secteur marchand et à réduire le nombre de professionnels qualifiés.

En un mot, il s’agit de faire baisser les coûts liés à l’activité. Bien entendu, cette baisse de charges bénéficiera également au secteur non lucratif lorsqu'il y aura obligation de mise en concurrence au travers de DSP.

vendredi 9 avril 2010

Manifestation préfecture crèches

Très heureux d'être passé hier au rassemblement des personnels de la Petite Enfance organisé à l'initiative du Collectif "Pas de bébés à la consigne". Avec ce mouvement social qui se dessine et s'affirme, nous( les élus) ne serons plus seuls à protester et tenter de faire échec aux politiques que ce Gouvernement impose aux CAF lors des Conventions d' Objectifs et de Gestion. Leur objectif est assez simple, passer d'une politique d'accueil, éducative et préventive à une politique de garde d'enfants forcément moins côuteuse. Enfin, faire basculer ce secteur dans le domaine marchand. 



Ce jour j'étais à Brest pour la réunion du Réseau Pte Enfance des Gdes Villes de l'Ouest où, en compagnie de la médecin et anthropologue Marie-Laure Cadart, nous avons pu entre collègues prolonger notre réflexion sur les Réformes en cours. Nos craintes rejoignent bien sûr celles des professionnels. J'ai attiré l'attention de mes collègues sur la Directive européenne Services, rédigée en grande partie par une députée allemande du PSE, qui, si elle rentre telle quelle dans le droit français, fera passer notre secteur dans le champ de la concurrence. Dans ce contexte l'affaire du Décret Morano prend une toute autre tournure, car il va permettre au secteur lucratif d'être moins cher et de l'emporter beaucoup plus souvent si les collectivités ont l'obligation de procéder par Délégation de Service Public. En fait, Directive européenne et Décret Morano sont des outils scélérats qui vont destabiliser un secteur que beaucoup nous envient. Le très récent rapport Innocenti de l'UNICEF distingait  encore notre système parmi les 27 pays de l'OCDE. Ah, l'univers de la concurrence libre et non fausée, il faudra bien un jour s'en débarrasser sans quoi bien des politiques progressistes ne seront pas possibles.

Voir en pièce jointe les chansons du défilé.



vendredi 19 février 2010

Avec E. Badinter pour un service public petite enfance.

A l’occasion de la sortie de son dernier livre, « Le Conflit, la femme et la mère », Elisabeth Badinter se retrouve au centre de la polémique car elle met une fois de plus le doigt où cela fait mal : organisation encore patriarcale de la société, impossibilité laissée à la femme de se réaliser en tant qu’individu tout en assumant sa volonté de maternité, le tout à partir d’une vision où l’économie prime sur tout et contraint la Femme bien plus que l’homme. A la femme, les temps partiels imposés, les inégalités salariales, la précarité… Ce qui influe fatalement sur les différentes facettes de la vie d’une femme.

Je veux m’arrêter sur un point : la question de la garde des enfants, domaine dans laquelle Elisabeth Badinter pointe les responsabilités de l’Etat. La question d’un service public de la petite enfance participe au premier chef de l’émancipation des femmes dès lors que les moyens sont mis en œuvre pour permettre l’accueil du plus grand nombre d’enfants comme pour offrir des amplitudes horaires d’ouverture adaptées aux nouveaux besoins générés par la modification des modes de vie autant que de travail.


Accueillie par France Inter, ce matin, Elisabeth Badinter a donc voulu interpeller les élus et, plus largement, les candidats aux élections régionales sur la mise en place éventuelle d’un service public de la petite enfance. « A l’occasion de ces élections, je n’entends pas de revendications de femmes sur la construction de crèches. Et même si c’est du ressort municipal, on pourrait en parler à l’occasion des régionales. J’ai envie d’interpeller les hommes politiques : qu’est-ce que vous faites pour les femmes ? », a précisé la philosophe.

Moi, je dis chiche. Puisque les Régions disposent de la clause de compétence générale qui leur permet d’intervenir dans tous les domaines de l’action publique, alors lançons un grand service public régional, dans un premier temps, pour construire les crèches dont nos concitoyens ont besoin aujourd’hui, avec les personnels formés pour accueillir les enfants dans les meilleures conditions.

Ce n’est qu’ainsi que nous permettrons à la moitié de l’Humanité de « vivre pleinement leur vie de femme et leur vie de mère ».

mercredi 21 octobre 2009

Chez les tout petits, c'est la Grande Braderie.

Depuis l’automne 2008, le gouvernement a successivement :

- décidé de permettre aux assistantes maternelles agréées d’accueillir 4 enfants, notamment de moins de trois ans, au lieu de 3 auparavant ;

-autorisé l’ouverture de structures appelées « regroupement d’assistantes maternelles » pouvant accueillir jusqu’à 16 enfants, sans aucune norme de fonctionnement et d’encadrement autre qu’une convention signée avec la CAF et le Conseil général, convention qu’un amendement parlementaire au PLFSS 2010 prévoirait de supprimer ;

-lancé à titre expérimental des « jardins d’éveil » pour les enfants de deux à trois ans, avec un taux d’encadrement pouvant aller jusqu’à 12 enfants par adulte au lieu du taux actuel de 8 enfants par adulte pour la même tranche d’âge en crèche collective ;

-prévu de réformer le décret relatif aux établissements et services d’accueil des enfants de moins de six ans, notamment : en abaissant la qualification globale des équipes auprès des enfants avec l’inclusion dans la liste de 50% de personnels qualifiés (auxiliaires de puériculture, éducateurs de jeunes enfants) des personnes titulaires du CAP petite enfance ; et en portant la capacité d’accueil en surnombre de 10 à 20% de l’effectif habituel d’enfants ;

-supprimé des milliers de postes d’enseignants avec pour conséquence une nouvelle réduction des capacités d’accueil des enfants de 2 à 3 ans à l’école maternelle ;

-prévu d’inclure les modes d’accueil de la petite enfance dans le champ de la transposition de la directive « Services » 2006/123/DE du Parlement européen, ce qui ouvrirait la voie à la mise en concurrence et à la privatisation de l’accueil des jeunes enfants.

Avec l’ensemble de ces mesures, le gouvernement donne le sentiment de tourner le dos à une politique de la petite enfance misant sur la qualité des lieux d’accueil.

dimanche 20 septembre 2009

Sept enfants tchétchènes parrainés par notre ville.

Sept enfants tchétchènes, de deux familles sans-papiers, scolarisés dans des écoles mancelles, ont été parrainés vendredi soir. Sept petits manceaux " que nous voulons voir grandir avec nous et avec leurs camarades de classe en toute sécurité" a rappelé le Maire. L'occasion de souligner l'engagement fort des élus de la majorité municipale depuis trois ans, puisqu'une cinquantaine d'enfants ont été parrainés, depuis l'intrusion de la Police dans une école maternelle du Mans. Enfin, les animateurs de RESF ont exprimé leurs inquiétudes en expliquant que la situation devient de plus en plus difficile. En effet, même les enfants sont désormais sous le coup de la politique représsive du Gourvernement en matière d'immigration et de protection des droits des enfants ! Faut-il rappeler la récente remise en cause de la Défenseure des enfants dont la fonction est d'intervenir en faveur du droit des enfants ?
Nous affirmons quela majorité municipale continuera à parrainer les enfants qui grandissent dans nos écoles. Et nous nous opposons fermement aux projets gouvernementaux de suppression de la Défenseure des Enfants. Nous demandons au contraire que les contrôles démocratiques sur le fonctionnement des services de qualité soient accrus et qu'une politique globale de protection de tous nos enfants, quelle que soit leur situation, soit promue.

lundi 31 août 2009

Crèches : Le Mans parmi les bons élèves

 

 

 

 

 

 

vendredi 19 juin 2009

La réduction des congés parentaux préconisée par N. Sarkozy : un retour en arrière !

 

Dans son discours de politique familiale de février dernier, Nicolas Sarkozy a proposé la réduction du congé parental comme solution à envisager pour remédier aux prises de congés parental par défaut qui ont pour conséquence, entre autres, l’exclusion du monde du travail, notamment chez les femmes en situation de précarité.

 

Nous y voyons là plutôt une proposition pour rééquilibrer les comptes de la branche famille en déficit depuis peu de temps, au détriment des familles elles-mêmes. Les comptes étant dans le rouge du fait des allègements successifs de charges.

 

Par conséquent, nous ne sommes pas favorables à la proposition apportée par le Chef de l’Etat  et préconisons plutôt l’ouverture de crèches pour pallier aux prises de congés parental par défaut. L’arrêt et le retour sur les allègements de charges sociales consentis permettra de rétablir l’équilibre des comptes et le développement de politiques fiscales ambitieuses et progressistes.

 

Nous considérons que c’est en améliorant et en multipliant les structures pour la petite enfance que les mères de famille auront véritablement le choix de reprendre leurs activités professionnelles.

Nous considérons que c’est en dotant les familles de possibilités de placement en crèche que nous pourrons favoriser et mieux accompagner le retour vers l’emploi des femmes qui ont arrêté de travailler pour élever leurs enfants.

 

samedi 18 octobre 2008

Com3Pom, la petite dernière des crèches mancelles.

Pte_Enfance_com3Pom_cr.jpg

Pte_Enfance_com3Pom.2_cr.jpg