Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 5 juin 2013

Un toit, c'est un droit !


Le juge des référés saisis en urgence a condamné hier, sur le fond et sur la forme, l'Etat et son représentant en Sarthe le Préfet.

La manoeuvre dilatoire, de dernière minute, qui a consisté à proposer un logement à une cinquantaine de km du Mans, empêchant la poursuite de la scolarisation a été déjouée.

C'est un jugement important qui s'est appuyé sur une mobilisation forte. D'abord des enseignants et des parents d'élèves de l'école, puis au delà de RESF de tout ceux et celles qui ne sont pas prêts accepter l'inacceptable. Plusieurs centaines de personnes ont participé aux divers rassemblements. En 48H, plus de 600 ont signé la pétition.

Un grand merci à toutes celles et ceux qui par leur témoignage et leur engagement ont permis de bloquer l'inacceptable

NON "l'impensable ne peut pas devenir possible". NON, il n'est pas acceptable qu'en 2013, en France, dans une des plus grandes  puissances économiques, des familles, des enfants se voient contraintes de dormir dans la rue.

OUI, Toute personne en détresse quel que soit son statut juridique à droit à un dispositif d'hébergement d'urgence.

mardi 4 juin 2013

La petite Agime a le droit à un toit !

Ce lundi, devant la Préfecture, nous étions 200 personnes à avoir répondu à l'appel de Réseau Education Sans Frontières (RESF) pour protester contre la décision du Préfet de la Sarthe de ne plus assurer l'hébergement de la petite Agime, 11 ans, et de sa famille. La décision du Préfet a eu pour conséquences de jeter cette petite fille dans la rue où elle n'a pas eu d'autres choix que de dormir en gare du Mans deux nuits de suite, ceci en total contradiction avec les Conventions internationales ratifiées par le France.

  Près de 200 personnes se sont rassemblées devant la préfecture, ce lundi, en soutien à la famille albanaise expulsée.                                                            

Scolarisée à l'école Jean Macé depuis novembre 2012, la petite Agime a heureusement bénéficié de la mobilisation et de la solidarité des enseignants qui lui ont permis de retrouver une chambre d'hôtel.

Cette histoire n'est pas sans rappeler la politique de Sarkozy, ce dont on se croyait débarrassé ! Il est inacceptable de voir l'Etat ne pas respecter le droit à l'hébergement d'urgence, et encore plus de prendre une décision aux conséquences désastreuses. Nous n'avons pas voté Hollande au 2nd tour des Présidentielles pour éjecter Sarkozy et sa politique d'immigration inhumaine pour la retrouver sous un gouvernement de gauche qui plus est.

Nous soutenons le combat que mène RESF pour offrir de la stabilité et un toit à la petite Agime et sa famille.

lundi 13 février 2012

Parrainage de quatre enfants tchétchènes en Mairie du Mans


La cérémonie de parrainage de 4 enfants tchétchènes, vendredi soir, a revêtu une dimension particulière vu le contexte national actuel. Beaucoup d'élus de la majorité municipale était d’ailleurs présents pour apporter leur soutien à l’acte symbolique, néanmoins fort, qu’est la cérémonie de parrainage de la Ville du Mans.

Patrice PERDEREAU, Chantal HERSEMEULE, François EDOM, Anatole COMPAORE et Claude PICAULT étaient présents pour le groupe des élus Progressistes - Parti de gauche.

Avant le parrainage, la cérémonie a commencé par le témoignage de la belle-sœur de Mme Bakhaiev sur les conditions de détention inhumaines dont sont victimes Mme Bakhaiev et ses 3 enfants, sans aides ni vêtements, et malades.

Rappelons que la famille Bakhaiev a été expulsée par la Préfecture de la Sarthe, en Pologne, selon des conditions qui contreviennent aux Droits européens et internationaux les plus élémentaires des enfants.

Malgré Dublin 2 (la demande d’asile est étudiée dans le pays par lequel l’étranger est entré en Europe), le Préfet dispose tout de même des pouvoirs lui permettant d’examiner la situation des enfants et des parents expulsés.

Dans un climat national délétère où un Ministre d’Etat de l’UMP a été condamné par la justice pour propos xénophobe, où certains membres du gouvernement stigmatisent des populations étrangères ciblées, et où un gouvernement s’engage dans « l’extrême-droitisation » de sa politique, il est primordial de se mobiliser afin de lutter contre cette stratégie reposant sur la haine de l’autre.

Dans notre ville, nous cessons de le répéter et l’affirmons avec encore plus de force : « à partir du moment où les enfants sont scolarisés dans nos écoles, ce sont nos enfants »

Et nous serons heureux de voir grandir les 4 enfants qui ont été parrainés par les élus vendredi soir.

lundi 30 janvier 2012

Expulsion de la famille Tchétchènes Bakhaev : ne rien lâcher !

A l'appel des parents d'élèves de l'école Gérard Philipe et du Réseau Education Sans Frontières 72 (RESF 72), environ 250 personnes se sont rassemblées devant la Préfecture pour manifester leur soutien à la famille Bakhaev dont la mère, enceinte de six mois, et ses 3 petits  enfants ont été expulsés dans la nuit de mercredi 25 janvier 2012.



Pour le groupe des élus Progressistes - Parti de Gauche du Mans, Maryse BERGER, Patrice PERDEREAU, Chantal HERSEMEULE et François EDOM étaient présents à ce rassemblement ô combien émouvant, surtout lorsque l'un des responsables de RESF 72 a fait part des conditions dans lesquelles ont été expulsés les membres de la famille Bakhaev et les conditions actuelles de détention en Pologne (sans les moindres papiers ni le nécessaire suffisant à l'habillement des enfants).

La responsabilité de la Préfecture dans cette affaire est grande puisque sa manière de procéder à l'expulsion contrevient non seulement à la Convention internationale relative aux droits de l'enfant, qui a force de Traité depuis 1990, mais aussi à la Convention Européenne des droits de l'Homme.

En effet, les Etats parties, dont la France, se sont engagés à ce que l'intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération primordiale, ce qui n'est manifestement pas le cas dans le dossier de la famille Bakhaev. De la même manière que plusieurs irrégularités ont été constatées, et notamment lorsque la Préfecture fait signer à M. Bakhaev, qui ne comprend pas le français, un document attestant de son accord pour un retour vers la Tchétchénie, sans la présence d'un traducteur, contre un peu d'argent.

Ces manières de faire sont tout simplement inadmissibles et ont choqué la communauté éducative, RESF 72 ainsi que les parents d'élèves. A leur côté, nous ferons tout ce qui est notre pouvoir pour que Mme Bakhev et ses enfants rejoignent rapidement son époux et notre ville. Et nous serons heureux lorsque nous verrons de nouveau les petits Bakhaev s'épanouir aux côtés des autres enfants de l'école Gérard Philippe.

mardi 18 octobre 2011

Des parrrainages républicains pour assurer à des enfants sans papiers de grandir et d'étudier dans notre ville

Une cérémonie de parrainage et de « marrainage » républicains avait lieu ce lundi en Mairie du Mans.

Patrice Perdereau et Maryse Berger ont tenu à s’associer à cette cérémonie en parrainant, chacun, chacune, un enfant.

Cette cérémonie est d’autant plus importante que la politique de la Préfecture se radicalise vis-à-vis des étrangers sans papiers depuis quelques semaines. Cette dernière allant jusqu’à menacer d’expulsion des familles dont les enfants sont déjà parrainés.

Qu'ils soient russes, tchétchènes, kosovares ou algériens, tous les enfants parrainés sont scolarisés dans les écoles de notre ville et ne doivent pas faire les frais de décisions politiques.
La plupart d’entre eux n’ont jamais vu les pays dont leurs familles proviennent et sont intégrés aussi bien dans leur école que dans notre ville.

Nous n'accepterons pas que ces bambins voient leur avenir s'assombrir et ferons tout notre possible pour qu'ils puissent continuer à grandir et à étudier dans notre ville.

jeudi 7 juillet 2011

Parrainage. Que les yeux bleus...restent avec nous.


En propos liminaires le Maire rappelait que cela faisait le 38 ème parrainage d'enfants que nous faisions en Mairie. Beaucoup sont aujourd'hui sortis d'affaire. Notre démarche a une certaine efficacité. Nous souhaitons vivement que la famille
Youssounov  connaissent ce dénouement heureux car aujourd'hui toute la famille est plongée depuis des mois dans la peur, l'angoisse et la déprime. C'est ce qu'on fait vivre aux parents et bien sûr à leurs enfants durant des mois et parfois des années. Comment se construire normalement quand le doute, la peur et la déprime minent un père et une mère? C'est donc le courage de cette grande soeur, collégienne au Val d'Huisne, tête de file d'une fratrie de 6 enfants qui me submerge ce soir. Lorsque j'ai reçu sa maman et son papa , elle passait des épreuves du Brevet des Collèges. Les résultats tomberont demain, et dans mon dos je croise les doigts.

Les Youssounov sont tchétchènes. Alors que les sbires de Kadirov viennent jusqu'ici semer la peur, sans vergogne les conditions de régularisation des tchétchènes se durcissent parce que la situation serait là-bas "normalisée".
Bernard Lebrun, pour RESF, a aussi rappelé les effets inhumain de « Dublin II » qui renvoie les demandeurs d'asile dans le pays de la communauté européenne où  ils sont arrivés. Comme beaucoup de ressortissants du Caucase sont arrivés par l'Autriche, c'est donc en Autriche qu'ils sont renvoyés, alors que les autorités autrichiennes refoulent 75 % des sans papiers vers leur pays d'origine. Les conséquences sont donc dramatiques pour des ressortissants tchétchènes menacés d'être renvoyés en Russie.
Alors, raison de plus pour que le regard bleu de notre collégienne restent des nôtres.

samedi 4 septembre 2010

Halte à la xénophobie. Respect des droits des Roms.

L'été, qui aurait dû être un moment de repos et de détente pour l'ensemble des habitants de notre pays, a vu, au contraire, l'exacerbation de sentiments totalement étrangers à notre République. Le Gouvernement et la majorité parlementaire de droite, dont nous avons eu l'occasion de souligner, dans plusieurs billets,combien leur politique vise à dresser les habitants de notre pays les uns contre les autres, a passé, dans ce domaine, un nouveau cap.

Nous voulons parler de sa politique en direction des Roms. Sachez que MM. Sarkozy et Fillon  ont obtenu en 2007, lors de l'intégration de le Roumanie et de la Bulgarie au sein de l'Union Européenne, que les Roms n'aient accès ni à l'emploi ni aux prestations sociales, les mettant ainsi au ban de la société. Cette décision est d'autant plus lourde de sens qu'elle empêche les Roms de disposer de moyens légaux pour vivre dignement. Aujourd'hui, cette population fragilisée fait l'objet d'une chasse en règle, totalement contraire à la devise de la République : «Liberté, égalité, fraternité».

Sur ce sujet comme sur bien d'autres, Sarkozy s'attaque à la nature de la République française. L'ami de Bush et du modèle anglo-saxon désire que la France devienne une démocratie mondialisée ayant rompu ses amarres avec ses origines républicaines, révolutionnaires et populaires. Ce n'est pas "la gueuse" que Sarkozy abhorre, le populisme est son fonds de commerce. Non, c'est la République telle que Jaurès la définissait, telle qu'elle est, "la grande meneuse", "le grand excitateur" de l'Histoire, la République qui" veut que la Nation soit souveraine dans l'ordre économique pour briser les chaines du capitalisme...". C'est cela que Sarkozy et la droite veulent fragiliser et casser. Et tous les sujets sont bons pour affaiblir la culture républicaine de ce pays, son substrat idéologique.

Mais heureusement les réactions se multiplient en témoignent le rassemblement d'aujourd'hui où nous avons fait bonne figure particulièrement Maryvonne, à la banderolle.

mardi 31 août 2010

Situation M. Kamto. Un courrier envoyé à Mr Le Préfet et à la Défenseure des Enfants.



vendredi 27 août 2010

Manifestons le 4 septembre


Le projet, sans aucune base légale, de déchoir certains Français de leur nationalité acquise par naturalisation, la stigmatisation des Roms et autres gens du voyage, l’amalgame entre criminalité et présence d’étrangers: les propos et les annonces faites par Nicolas Sarkozy coup sur coup afin de détourner nos concitoyens des questions essentielles comme la bataille des retraites et de chercher des boucs émissaires à ses échecs, il y en a marre, et cela remet en cause les principes même de la République.
Aussi à l’appel de 14 organisations sarthoises nous manifesterons le 4 septembre à 15 heure Place de la République bien sûr. Nous vous invitons à signer l'appel sur le site : http://nonalapolitiquedupilori.org.

Fêtons en manifestant le 140e anniversaire d’une République que nous voulons plus que jamais, libre, égale et fraternelle.

Manifestons le 4 septembre
Appel Citoyen
Face à la xénophobie et à la politique du pilori : liberté, égalité, fraternité
Signez l’appel en ligne !
Les plus hautes autorités de l’Etat ont fait le choix de jeter à la vindicte publique des catégories entières de population : Gens du voyage accusés comme les étrangers d’être des fauteurs de troubles, Français d’origine étrangère sur lesquels pèserait la menace d’être déchus de leur nationalité, parents d’enfants délinquants, etc. Voici que le président de la République accrédite aussi les vieux mensonges d’une immigration coûteuse et assimilée à la délinquance, et offre ainsi à la stigmatisation des millions de personnes en raison de leur origine ou de leur situation sociale.
Ce qui est à l’œuvre dans cette démarche ne s’inscrit pas dans le débat légitime, dans une démocratie, sur la manière d’assurer la sûreté républicaine. Le nécessaire respect de l’ordre public n’a pas à être utilisé pour créer des distinctions entre les habitants de ce pays et désigner des boucs émissaires. Ni pour instituer des peines de prison automatiques, contraires aux principes fondamentaux du droit pénal, à l’indépendance de la justice et à l’individualisation des peines.
La Constitution de la France, République laïque, démocratique et sociale, assure « l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ».
Nul, pas plus les élus de la nation que quiconque, n’a le droit de fouler au pied la Constitution et les principes les plus fondamentaux de la République.
Notre conscience nous interdit de nous taire et de laisser faire ce qui conduit à mettre en péril la paix civile.

vendredi 13 novembre 2009

Nouvelle cérémonie de parrainage de deux enfants Kosovars.

Mardi dernier, Claude Picault était présent et représentait le groupe des Elus Progressistes- Parti de Gauche à la cérémonie de parrainage de deux enfants Kosovars issus du peuple Rom, peuple apatride, à la salle Jean Moulin.
Déterminé, notre motivation reste intacte quant il s'agit de défendre des peuples dont les droits sont bafoués. Soutenus par tous, et le collège des Sources notamment, le parrainage de ces deux enfants est totalement justifié et leur permettra, nous le pensons, de s'épanouir pleinement dans notre ville.

Pour plus de détails, cliquez sur l'image ci-dessous.

lundi 9 novembre 2009

Deux petits enfants Kosovars protégés par notre municipalité

Maltraités dans leur pays, ils ont fui. Tous ceux qui ont quitté leur région, leur campagne et à fortiori leur pays savent combien il faut être courageux pour tout quitter. Ils sont courageux donc, ceux que nous avons parrainés. Leurs regards aussi, emplis du désir de vivre avec nous, me disaient qu'ils devaient rester ici et devenir français. Pour nous c'est ça être français.Bruler d'envie de partager une communauté de destin et rentrer dans le récit républicain.

Pour plus détails, cliquez sur l'image suivante :

lundi 19 octobre 2009

Notre solidarité rappelée à Mr Le Préfet.

Je ne sais pourquoi, mais j'ai souhaité attendre quelques jours après cette rencontre avec le Préfet de la Sarthe pour la relater. Elle faisait suite aux courriers reçus par des familles arméniènnes enjoignant les pères de se rendre au Commissariat en vue d'une expulsion. Mr Le Préfet a en effet considéré que cette façon avait été un peu hâtive.

Représentant le Maire, jai réaffirmé notre démarche de parrainage et de solidarité en faveur d'enfants que nous considérions comme des petits manceaux. J'ai ajouté que nous veillerons au respect des Conventions Internationales relatives aux Droits des Enfants et que nous serons d'une grande fermeté si des enfants ou des bébés venaient à se retrouver en Centre de Rétention. Enfin, j'ai insisté sur le fait qu'il lui serait extrèmement imprudent et périlleux de mettre en oeuvre certaines mesures d'expulsion sous peine de déclencher notre opposition et des réactions d'émotion fortes dans les quartier où ces familles sont connues et protégées.

Voici maintenant un compte rendu partagé. Les objectifs de la délégation étaient:

- Obtenir des réponses d'abandon d'expulsion sur les cas à l'origine de la demande de RV.

- Plus largement, évoquer les situations des personnes en situation précaire pour lesquelles aucune réponse des services préfectoraux n'a été obtenue, et revenir à une situation d'échanges avec ces services. Rappeler aussi les parrainages, l'implication de familles au-delà des élus et des associations et l'émotion forte que génèrerait toute intervention des services de police.

- Clarifier la situation nouvelle que la Régionalisation des demandes créée pour les demandeurs d'Asile et les Associations qui les accompagnent. 

 

La rencontre a duré plus d'une heure et a permis d'aborder les sujets envisagés.

 

1) D'entrée il a été rappelé au Préfet sa pleine responsabilité dans la gestion des situations .

 

2) Le Préfet a répondu par des chiffres, insistant sur le fait qu'en 2008 les 238 OQTF qu'il a prononcées n'ont été suivies que de 37 reconduites effectives. Les dossiers ont été étudiés individuellement en tenant compte des faits nouveaux connus, des situations de famille, en appliquant les circulaires et les décisions des JLD. Le fait des parrainages ne conduit et ne conduira pas à un examen particulier. Chaque cas est étudié au fond seulement. Néanmoins le Préfet a demandé à être informé des situations pouvant conduire à des expulsions. Ce qui laisse un petit espoir!

 

3) Quelles réponses aux interventions concrètes des élus et des associations?

 

- L'acceptation d'une réunion spécifique Secrétaire Général et CSDA sur la demande d'Asile : difficultés reconnues, pas résolues, qui vont être abordées et étudiées en réunion régionale des 5 départements.

-  S'adresser directement au Secrétaire Général, le seul habilité à répondre, même si les services préparent les fiches de synthèse.

- Les cursus scolaire ne seront pas interrompus. Nous remarquons cependant la nécessité de la vigilance. Certaines situations contredisant cette affirmation. 

- La carte provisoire temporaire est la réponse que donne le Préfet pour les situations de femmes seules avec enfants, dans les cas de fuite devant la violence conjugale, la polygamie, le risque d'excision pour les enfants, de traite...

- Le Préfet entend appliquer le bénéfice du doute dans les cas complexes de problème d'état civil...

- Le point régularisation par le travail n'a pas obtenu une réponse claire.

- Communiquer les noms des Consulats qui ne répondent pas aux demandes des ressortissants rentrés pour obtenir les papiers permettant la régularisation pour rapprochement de conjoints.

- Aucune assurance de levée des décisions d'expulsion communiquées récemment.

lundi 28 septembre 2009

" Clarté" dit-il.

Lundi soir nous étions très nombreux à prendre connaissance de la situation des deux familles arméniennes convoquées le lendemain au Commissariat. Nous leur avons proposé  de nous rendre à la convocation à leur place. Elles ont accepté. Mardi donc, dés 9h, nous étions encore un grand nombre présents et demandant à être reçus par le commissaire responsable de la sûreté urbaine. Toute autorité fait attendre. Nous avons attendu, jusqu'à 10h30. L'entretien fut plutôt cordial et nous a permis de voyager au sein du Code de procédure pénale. Nous avons appris que le chef de famille a été convoqué pour "garde à vue et mise en rétention" en application d'une procédure judiciaire et avec cette "clarté" afin de ne pas tendre un piége . Nous avons découvert encore, que le Sans Papier est en "infraction continue", qu' "il porte le délit sur lui" . En toute clarté, j'ai compris  que la machine se met en place, que l'étau se resserre pour atteindre l'objectif, plus crûment le chiffre. Mais dérrière cette "clarté" se cache une tragique réalité humaine. Sans la solidarité qui s'est exercée, je ne m'empèche pas de penser aux enfants qui le soir auraient demandé à leur mère: "Où est papa ? Qu'est-ce qui lui est arrivé ? Qu'a-t-il fait de mal ? " . Les petits, le soir, n'ont pas posé ces questions, notre action a bloqué la procédure. Mardi donc, la France a respecté l'article 23 de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant, les familles sont demeurées unies: grâce à nous, grâce au réseau de solidarité. Nous attendons maintenant une rencontre avec le Préfet afin de lui demander de mettre en marche une procédure de régularisation.

mardi 7 avril 2009

« Délit de solidarité » : les élus du Parti de Gauche demandent à être poursuivis !

09-04-08_sans_papier.jpg

Très engagés, depuis que la Police, sur ordre du Préfet, est venue dans une de nos écoles maternelles chercher des petits afin de les expulsés avec leur mère, les élus Progressistes-Parti de Gauche se déclarent sous le coup de la Loi pour aide au séjour d'enfants étrangers sans papier.Nous soutenons sans réserve les rassemblements à l'appel de nombreuses associations qui auront lieu le mercredi 8 avril, contre la volonté du Gouvernement de criminaliser celles et ceux qui font acte de solidarité en direction de femmes,d'hommes et d'enfants sans papiers.

Le gouvernement a même chiffré ses objectifs en terme d'interpellations d' «aidants » à 5000 pour 2009 et à plus 5500 pour 2011 ! Ce délit ne vise plus seulement les réseaux mafieux qui profitent, à des fins lucratives, de la détresse des étrangers ; sont également visées les personnes physiques ou morales qui, par humanité, témoignent de leur solidarité et apportent leur soutien aux étrangers démunis, ce qui n'est pas acceptable. Les différents cas récents d'interpellations de militants des restaus du coeur, d'Emmaüs, d'autres associations engagées dans des actions humanitaires à Calais, s'ajoutent à la liste déjà bien longue de citoyens poursuivis pour avoir manifesté leur solidarité ou agi avec humanité à l'égard de migrants privés du droit de séjour.

Plus la crise sociale s'aggrave, plus ce gouvernement s'acharne dans des politiques sécuritaires pour tenter d'en détourner l'attention et durci sa politique répressive à l'égard des immigrés en situation irrégulière. Et plus la contestation sociale prend de l'ampleur, plus ce gouvernement souhaite la criminaliser !

C'est pourquoi les sénateurs du Parti de Gauche Jean-Luc Mélenchon et François Autain sont signataires avec les sénateurs communistes d'une PROPOSITION DE LOI tendant à exclure les bénévoles et les associations du champ d'application du délit d'aide à l'entrée, à la circulation et au séjour irréguliers des étrangers en France

La bataille est idéologique et culturelle. Il ne s'agit pas seulement, pour le gouvernement, de dissuader les militants et les citoyen-ne-s de s'engager dans des actions de solidarité en les intimidant et en les menaçant, il s'agit également de présenter ces militants comme des ennemis de la nation. Il s'agit par là-même de dévaloriser la solidarité, la fraternité. C'est un délit d'humanité institué !

« Alors si la solidarité devient un délit, les élus Progressistes-Parti de Gauche demandent à être poursuivis pour ce délit ! »

samedi 7 mars 2009

Ils grandiront au Mans: des élus parrainent huit enfants

Parrainage_6_03_09.JPG

Nouvelle cérémonie de parrainage hier soir en Mairie. Huit enfants, de trois familles sans-papiers, scolarisés dans des écoles mancelles. Huit petits manceaux " que nous voulons voir grandir avec nous et avec leurs camarades de classe en toute sécurité" a rappelé le Maire. L'occasion de souligner l'engagement fort des élus de la majorité municipale depuis trois ans, puisqu'une cinquantaine d'enfants ont été parrainés, depuis l'intrusion de la Police dans une école maternelle du Mans. Enfin, les animateurs de RESF ont exprimé leurs inquiétudes de voir figurer dans l'annexe du projet de loi de finances, l'objectif chiffré, avec son côut budgétaire, de l'arrestation de 5000 aidants. Ainsi, l'arrestation des militants soutenant ces famillesvont faire partie des performances de l'Etat. Pour notre part, si nous devions être inquités comme aidants, nous nous défendrions avec fierté. Décidément, il n'a jamais fait bon en Sarkosie, mais là du coup le temps se gâte!!!

mercredi 25 février 2009

Manifestation pour la défense des droits des demandeurs d'asile aujourd'hui devant la Préfecture.

clip_image004.jpg
clip_image002.jpg
clip_image006.jpg

Lire la suite...

vendredi 20 février 2009

Manifestation du RESF 72 le samedi 21 février à partir de 14H30, place de la République au Mans.

clip_image006.jpg

Venez nombreux pour distibuer des tracts qui dénoncent, à titre d'exemple, la situation d'une jeune majeure scolarisée et menacée d'expulsion.

Place de la République du Mans, le samedi 21 février 2009 à partir de14H30 jusqu'à épuisement...des tracts.

Il en sera ainsi tous les samedi après midi

vendredi 7 novembre 2008

Schérazade et Gahyana doivent rester avec nous!!!

DSCN6168_cr.jpg
Vendredi soir, nous avons parrainé deux nouveaux enfants "sans papiers" menacés d'expulsion avec leurs mamans seules et leur petit frère. Les mamans, l'une yéménite et l'autre arménienne, ont été victimes de violences et pourtant elles font l'objet d'une obligation de quitter le territoire français. Nous sommes très loin avec ces deux femmes des propos de campagne du Président, qui à la place de la France Terre d'Asile leur inflige une sorte de double peine. Pour ce qui nous concerne , nous poursuivrons à prendre sous notre aile les enfants scolarisés dans nos écoles et nous protégerons avec RESF Schérazade et Gahyana.

lundi 20 octobre 2008

Une belle aventure humaine...

img008_1_.JPG

Les évènements se bousculent et le drame du week-end pourrait nous faire oublier ou minimiser le parcours d'autres. Ce soir après le rassemblement silencieux, je me suis rendu chez Abderhamane et son épouse ou plutôt à l'endroit qui maintenant symbolise leur nouvelle vie, leur restaurant. Nous les avons soutenus et leur courage a fait le reste. Sa pastilla est fabuleuse, ses pâtisseries succulentes et surtout son sourire en m'accueillant est le plus beau sens que je puisse donner à mon activité militante. Il nous reste à les aider à faire prospérer leur affaire et leur aventure humaine n'en sera que plus forte. Et pour ce faire, le combat est plus simple! Rendez vous au 53 de l'avenue F. Geneslay, commandez une pastilla, un tajine ou des pâtisseries et vous ne ferez que des heureux.

dimanche 19 octobre 2008

La chasse à l'homme ça suffit !!!

leman_sanspapiers.jpgUne femme grièvement blessée hier devant la maison d'arrêt du Mans après s'être immolée, est décédée ce matin . C'était pour protester contre l'incarcération et l'expulsion de son compagnon qu'elle a eu ce geste désespéré.

Cet épilogue effroyable et révoltant doit pousser le Gouvernement à reconsidérer sa politique migratoire. Non seulement les bavures dramatiques et inhumaines s'accumulent, mais nous savons tous que ces expulsions n'ont aucune fonction de régulation des flux mais sont faites pour adresser un message à l'opinion publique, pour payer à l'électorat lepéniste le prix de son ralliement au populisme de Sarkozy et signifier qu'il n'y en aura pas pour tout le monde, que "nous" ne voulons pas partager avec le reste du monde. Il faut stopper ces expulsions et mettre en oeuvre une politique de régularisation des sans papiers.