Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 25 juin 2010

Cortège massif sur les retraites: on tient le bon bout




Elus, salariés du public (hôpital, enseignants, postiers, etc.), mais aussi du privé (MMA, renault, yoplait, etc.), nous étions 25 000 personnes, jeunes et moins jeunes, à manifester notre mécontentement, sous un beau soleil d’été. C
ette fois-ci, c'est sûr, on tient le bon bout.

Puis de l’ambiance, excellente partout en France, assez bonne pour que le président du groupe UMP dénonce une ambiance « détestable de nuit du 4 août ». Terrible aveu : la nuit de l’abolition des privilèges d’ancien régime est un souvenir « détestable » pour cet homme ! Oh,  quelle revienne cette sorte de nuit ! Et le plus tôt sera le mieux !

Car ce projet de réforme est un véritable coup de poignard contre le modèle social français. Elle serait supportée essentiellement par les salariés déjà durement touchés par la crise (22,6 Mds d’€) tandis que le capital n’y contribuera que très peu (4,4 Mds d’€).


Rassembler nos forces pour forcer le Gouvernement à reculer.


Cela faisait longtemps que  la CFDT avait derrière sa banderole  autant de monde sur le pavé manceau.  Quand à la CGT, que dire tant nous lui devons depuis toutes ces années de vaches maigres où elle a tenu le coup et ramassé ce qui tenait debout pour faire le choc ! Sans faire du prosélytisme pour la centrale, il faut rendre hommage aux militants hors pair qui méritent d’être salués. Comme ils étaient nombreux ! Nombreux !  Et c’est vrai que c’est dans ce cortège qu’il y avait le plus de camarades à nous tendre la main pour avoir un tract du Front de Gauche et nous dire des mots amicaux.

Il faut espérer qu’il nous laisse le ministre Woerth en poste. Considérablement affaibli, il sert notre combat. D’une part il n’est pas parvenu à convaincre que sa réforme est « juste » alors que c’était l’enjeu numéro un de sa communication. Ensuite tout le monde comprend à présent que cette réforme ne règle pas le problème d’équilibre du financement du régime des retraites. Enfin lui-même est si mal emmanché dans cette histoire Bettencourt qu’il est personnellement affaibli. Compte tenu du soupçon qui pèse dorénavant sur lui (et sur lequel nous n’exprimons aucun avis n’étant ni juges ni policiers), le voila fort peu audible pour parler d’efforts, de courage et tout ça. Contexte excellent.

A présent que voyons-nous ? Toute la gauche, PS inclus, qui demande le retrait de la réforme. A la rentrée de septembre, avec le débat à l’assemblée commencera le dur de la lutte. Maintenant, on disposera de forces en bon état après notre succès de ce 24 juin. On peut imaginer qu’il y aura unité syndicale totale à ce moment là, c’est jouable. Alors courage ! Ça va aller mieux que prévu !

Les parlementaires du Front de Gauche (Parti de gauche et PCF) ont d’ores et déjà déposé un projet de loi qui montre qu’une autre politique est possible, celle du partage des richesses.



Le Front de Gauche sarthois a, comme à l'accoutumée maintenant, fait une apparition très remarquée. Nous avions pris position en haut de la rue Nationale et la bonne vingtaine de militants a distribué les tracts  au milieu d'un passage entièrement aux couleurs du Front de Gauche. Bravo aux amis qui sont arrivés assez tôt pour préparer le lieu et le parcours.

Annexe :

Retrouvez ci-dessous la contribution de Guy FISCHER, pour le Groupe des Sénateurs- CRC-SPG, au débat sur les retraites lors de la commission des affaires sociales du 18 mai 2010.

contribution_guy_Fischer_retraite.doc

mardi 15 juin 2010

Réunion publique du collectif retraite.

Ca prend, ça roule, de réunions en réunions la mobilisation se fait jour et s'enracine dans la durée. Cette semaine, 1500 à Marseille, 200 à Grenoble, 600 à Lyon, 200 à Cherbourg et 200 au Mans à la salle Claircigny, pleine à craquer. Martine Billard représentait le Front de Gauche et le PG. Son analyse de la méthode choisie par le Gouvernement fut remarquable.

La presse locale ne nous a portant pas aidés. Rien comme à son habitude. Est-ce que ce boycott local et national concernant les réunions des collectifs retraites veut cacher la dynamique unitaire qui rassemble du PS au NPA ? Ou quoi alors? Car c'est un évènement en soi ce rassemblement. Et puis tant pis, puisque les dissimulateurs de la presse font l'impasse et refusent de rendre compte du phénomène, on va les y forcer, car les collectifs se développent un peu partout avec succès. Il y a un essaimage dans les cantons et les petites villes, sur les marchés et dans les quartiers du Mans avec 4 collectifs. On sème, on accumule et ce travail de terrain prend en profondeur qui prépare le grand mouvement d'ensemble de septembre prochain. Pour l'instant nous serons avec les syndicats dans la rue le 24 juin pour la journée de mobilisation interprofessionnelle.

Et encore merci à Martine.

jeudi 10 juin 2010

Ateliers du Mans : mobilisation des cheminots et communiqué de presse de la CGT

Didier JOUSSE, pour l'intersyndicale cheminot, avant de participer à la réunion du mardi 8 juin 2010.

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse rédigé par la CGT à l'issue de la réunion conclusive qui s'est tenue lemardi 8 juin au sujet de l'avenir des Ateliers du Mans.

Ateliers du Mans : l'avenir, c'est l'électrification du site.


A l'occasion d'une table ronde très attendue, le 8 juin dernier, la bonne nouvelle est venue du lancement d'une étude sur l'électrification des Ateliers. Pour autant, la proposition de maintien de 50 emplois par la Direction est apparue comme largement comme insuffisante.

 

A l'heure actuelle, pas moins de 215 cheminots, 40 intérimaires et 20 salariés d'une société privée de manutention et de nettoyage travaillent sur le site. Rappel nécessaire : l'annonce, en octobre 2008, de la fermeture programmée des Ateliers du Mans avait provoqué de vives réactions chez les intéressés comme chez les élus de la ville.

 

Il faut dire qu'il y avait de quoi être surpris, puisque, 4 ans plus tôt, Louis Gallois, alors Président de la SNCF, en visite sur le site des Ateliers, les mettait en valeur déclarant : " Il n'y a plus de doute sur l'avenir de l'établissement (...) La charge de travail est stable, et c'est vous - les cheminots - qui aavez gagné cette assurance."

 

En juin 2009, un comité de suivi, réunissant des élus des Collectivités Territoriales, la Direction SNCF et les syndicats est proposé pour explorer les différentes pistes permettant de maintenir l'activité ferroviaire sur le site des Ateliers.

 

Electrifier pour préserver l'avenir.

 

Pour que le site des Ateliers ne devienne pas une friche industrielle, une idée essentielle a été acceptée : celle de lancer une étude concernant leur électrification. Cette amélioration indispensable leur permettrait d'accueillir des TER et de devenir un site de réparation de dimension interrégionale pour ces matériels.

 

A terme, les Ateliers du Mans pourraient ainsi assumer les charges de travail en complément des autres centres de maintenance déjà existants.

 

Le consensus sur le développement durable implique un accroissement massif des transports collectifs, efficaces et sûrs. L'entretien de ces matériels, lié à l'augmentation du trafic ferroviaire, devra nécessairement être assuré. Préparer l'avenir, c'est donner toutes ses chances à ce projet industriel.

 

jeudi 27 mai 2010

Pour la retraite à 60 ans! Ce n'est qu'un début.

Le 1er Mai, alors qu'il n'avait pas comblé tous nos espoirs, nous avions dit à juste titre que pour un premier round d'observation ce n'était pas si mal que d'avoir rassemblé 3 à 4000 personnes et puis que d'autres rendez-vous viendraient nécessairement. Aujourd'hui, pour ce 2eme round, aucune résignation dans le cortège, mais au contraire, une forte combativité qui s'est aussi manifestée par des arrêts de travail dans le secteur public comme dans le privé.

Le Gouvernement avait pourtant tout fait pour enlever à la mobilisation des syndicats tout son carburant. D'abord en dramatisant la situation, en usant de la crise comme d'un assommoir puis en laissant croire qu'il prendrait aux hauts revenus et, enfin, certain d'avoir gagné son pari, il a anticipé en distillant quelques bribes du plan notamment l'abandon des 60 ans pensant le faire entériner par l'échec de la journée d'action.


Eh bien, c'est pari perdu. En quelques 36 heures seulement la réaction a eu lieu et elle a dépassé le niveau des 23 mars et 1er Mai. Les salariés et le peuple français plus généralement n'ont pas dit leur dernier mot. Certes ce n'est pas encore assez, nous l'avons bien mesuré au Mans. Alors il y aura d'autres rendez-vous et espérons que la montée en puissance à laquelle nous assistons ne se démentira pas car il en va du devenir des retraites, d'un mode de société et de répartition de la richesse; mais au-delà, il en va aussi et surtout de l'extension de la contestation face aux plans stupides d'austérité en France et dans toute l'Europe.


Ah, j'allais oublié, il y aura eu tout de même aujourd'hui un perdant et nous en sommes forts marris, car il s'agit de "notre Champion pour la Présidentielle de dans 2 ans" que certains dans les cortèges ont poussé la méchanceté de taxer d'"affameur du FMI".

mardi 25 mai 2010

Création du Collectif sarthois pour la défense des retraites

Une conférence était organisée aujourd'hui pour annoncer la création du Collectif sarthois pour la défense des retraites qui regroupe syndicats, associations et partis politiques. Chantal et moi-même étions présents pour les élus Progressistes - Parti de Gauche.

L'appel national de la fondation Copernic/Attac a été signé par plusieurs syndicats, des associations dont le collectif jeune, des partis politiques (PG, PCF, NPA) et des militants socialistes et féministes.
L'objectif de ce Collectif est de faire entendre les exigences citoyennes et apporter une contre-parole aux fausses réponses du gouvernement qui pénalisent les jeunes et les femmes.

mardi 18 mai 2010

30ème anniversaire de la Résidence Nelson Mandela : retour sur l'histoire de la construction de cette structure exemplaire.

La Résidence Nelson Mandela a fêté ses 30 ans le week end du 8 mai. Pour l'occasion, plusieurs personnes ont tenu à intervenir pour rappeler les conditions de création et de développement de cette structure.
Nous vous proposons ci-dessous de retrouver le discours de Rémi Clavreul qui s'est beaucoup investi pour que l'expérience se transforme en une institution organisée et efficace.

Lire la suite...

mardi 11 mai 2010

Extension des locaux du Secours Populaire de la Sarthe

Vendredi  7 mai, entre 16 h et 20 h, le Secours Populaire de la Sarthe inaugurait son nouvel « Espace Solidarité » de 350 m2 avenue J. Jaurès au Mans. Le président national, Julien Lauprêtreétait présent aux côtés de la dynamique  secrétaire départementale Dominique Desarthe.  Les trois élus de notre groupe, François Edom, Chantal Hersemeule et Maryse Berger, en participant à cette manifestation, ont pu apprécier et partager les propos tenus par les dirigeants de l’association, devant de nombreux bénévoles (ils sont 300 en Sarthe).

Avec la crise déclenchée et entretenue par le monde des Banques et des Bourses, ce sont les plus pauvres qui payent, et la misère augmente : un « raz de marée en 2010 », selon les propres termes du président. De nouvelles catégories sont concernées : des retraités, des travailleurs pauvres, des jeunes, et même de petits artisans.

Pour répondre à cette situation en préservant la dignité des personnes reçues, il était devenu nécessaire d’agrandir les locaux, notamment pour la distribution de colis et la convivialité de l’accueil, en louant ce nouvel espace, clair, agréable et joliment décoré, facile d’accès grâce au tram.

Quelques chiffres concernant la Sarthe : 9260 colis distribués dont 7800 au Mans, ce qui représente 3744 familles ou personnes aidées.

Le rôle social de cette association est une évidence, et nous resterons vigilants, au sein de la municipalité, à la poursuite du partenariat avec notre collectivité.

Maryse BERGER

dimanche 9 mai 2010

Mandela a 30 ans.

Nous avons tous attrapé ce samedi un sacré coup de chaleur humaine au Foyer Nelson Mandela. Normal direz-vous, puisque c'était le 30ème anniversaire de ce lieu unique devenu aujourd'hui une Résidence Sociale. Non, il y a tant d'endroits qui fêtent des anniversaires et qui ne nous font pas cet effet si fort.

Alors, il y a tout d'abord cette communauté d'hommes surtout, et de quelques femmes, de nationalités, de parcours très divers et qui ont cette capacité, toujours discrète, de partager leur parcours avec un visiteur. Et puis, toute l'histoire du Foyer nous a été racontée par nos amis R. Clavreul et J. Fouqueray ( voir leurs propos en pièce jointe). Tous deux, ont su conjuguer émotion, humour et colère.

Beaucoup d'émotion quand nous avons inauguré l'Espace de vie François Fouqueray. Quelques-uns de ses compagnons du PSU étaient là, nous rappelant combien son engagement aux côtés et en faveur des travailleurs immigrés fut total, et combien ce Foyer, qui a été le résultat de son combat, lui doit beaucoup.

De l'humour ensuite lorsque son épouse Jocelyne a lancé que l'unique costume acheté par François le fut pour l'inauguration du Foyer. Et en écho, les regards se sont portés vers Abdallah sur son 31, vers François, le président cravatté, et sur Jean-Jacques, le directeur tout en camaieu de gris.

De la colère aussi, car le constat à 30 ans d'écart a peu changé. Ces hommes qui ont construit nos routes, nos cités étaient rejetés . Aujourd'hui traitons nous beaucoup mieux les immigrés ou ceux issus de l'immigration ? Non, l'engagement de la Ville du Mans en faveur des familles de sans papier en attestent hélas. Alors, cette colère démontre à quel point le combat d'hommes comme F. Fouqueray et le choix fait par R. Jarry de l'accompagner fut à contre-courant de leur époque et donc courageux. C'est tout cela qui a été rappelé. Mais bien au-delà, le Tajine partagé avec les riverains de la rue de l'Angevinière, le bric-à-brac du dimanche avec tous ses stands de cuisines du monde et ces fameuses crêpes turques aux fromages aux herbes...C'est tout cela qui nous a fait ce bon coup de chaleur au coeur.

jeudi 6 mai 2010

Conseil communautaire

Peu de choses importantes ce soir au Conseil de la Métropole, si ce n'est la fin de l'opération Pôle Multimodal d'Echanges. Maryse et et Patrice sont toutefois intervenus sur le projet immobilier de l'avenue G. Durand porté par Le Mans Habitat, l'office Public HLM de la collectivité, pour se réjouir de ce premier ensemble conséquent  de 80 logements qui sera réalisé en basse consommation.

Patrice a demandé qu'un bilan financier, prenant en compte les loyers, les APL et le montants des charges locatives soit fait dans l'année qui suivra la livraison afin de vérifier que les locataires ne supporteront pas le sûrcout de la construction. Et dans ce cas engager la collectivité et les bailleurs sociaux dans une sorte de planification écologique conjugant écologie et social. Maryse a par ailleurs rappelé que la Métropole était engagée dans un autre organisme, en l'occurence la Mancelière, qui tardait un tant soit peu à sortir des projets du même genre alors que certains dorment dans des cartons depuis quelques temps. 


Sur un sujet différent mais toujours à propos d'écologie, Claude a brièvement fait un point sur les efforts payants qu'il a initiés avec les services de la Métropole pour baisser sensiblement la consommation de carburants des véhicules de fonction au travers d'actions assez simples de formation à la conduite douce...

Chantal, a saisi l'occasion d'une délibération à vocation sociale pour annoncer que Gisèle Halimi venait d'accepter de donner son nom à la Maison des Femmes.

mardi 4 mai 2010

AG de la Résidence Nelson Mandela : bilan de l'année 2009.

L’AG de la Résidence Nelson Mandela s’est tenue la semaine dernière pour dresser le bilan des activités de l’année 2009.

Et, c’est donc l’année dernière que la Résidence a connu un taux d’occupation « record » de 97 % et un taux de rotation de 30 %. 40 % des occupants sont des gens installés dans la durée et 52 % des résidants qui sont hébergés depuis plus de 5 ans.

Autres chiffres : 69 personnes sont âgées de 28 à 89 ans avec une moyenne d’âge de 52 ans. Il s’agit en majorité d’un public originaire de foyers de travailleurs immigrés.

Le constat s’impose donc ! Cette société capitaliste et libérale est de plus en plus dure et difficile à vivre pour beaucoup de personne. La précarité s’étend et frappe nombre de nos concitoyens.

Preuve en est avec les 5 places supplémentaires, créées par l’agrandissement de la Maison Relais Abou Jamal d’Allonnes, qui ont été occupées rapidement au bout de 2 mois.

La Résidence a également collaboré avec l’Association SOS Femmes 72 en vue de proposer un accueil pour les femmes victimes de violence. Je réaffirme ici notre volonté de poursuivre notre travail commun avec SOS Femmes 72 car il est important pour nous d’apporter une réponse à ce problème de société qui ne doit en aucun cas être occulté.

Nous gardons toujours en fil conducteur notre projet social et nos valeurs qui portent le droit au logement, la promotion des personnes grâce aux animations organisées, et la citoyenneté avec l’implication des résidants dans le fonctionnement collectif de la Résidence.

Pour le constater par vous-même, nous vous proposons de participer à l’anniversaire de notre Résidence qui fête ses 30 ans d’existence les samedi 8 mai et dimanche 9 mai.

François EDOM

Adjoint au Maire du MANS

Président du Conseil d'Administration de Nelson Mandela



lundi 23 novembre 2009

François en visite à la Maison relais Mumia-abu-jamal d'Allonnes

François, en tant que Président de l'association Nelson Mandela, s'est rendu à la Maison Relais accompagné du directeur de Cabinet du Préfet et de JJ Jeulin pour appprécier la qualité des nouveaux appartements destinés à accueillir des personnes, en situation de forte précarité, qui ont la volonté de se réinsérer.

Retrouvez l'intégralité de l'article en cliquant sur l'image suivante.

lundi 21 septembre 2009

La crise frappe concrètement !

Cet après midi, j'ai assisté au Conseil d'Administration du CCAS du_ Mans. Les tableaux  présentés lors d'un rapport sur les aides allouées parlent d'eux mêmes. La crise frappe un plus grand nombre de personnes.

Beaucoup de familles mono-parentales, de mamans seules avec plusieurs enfants mais aussi une augmentation des retraités, dont les pensions sont devenues trop faibles. Le phénomène est national a résumé Yves Calippe, de retour du congrés de l'UNCCAS,La discussion qui s'est engagée fut très interessante.

page 2 de 2 -