Prolongeant la journée d'action, bien suivie, à l'appel des organisations syndicales de la Poste, le mardi 23 septembre 2008, le Conseil Communautaire de Le Mans Métropole s'est prononcé sur un vœu s'opposant à la privatisation de cet établissement public.

Patrice Perdereau a déclaré "soutenir sans réserve le texte de la Métropole" arguant du fait que "la Poste joue un rôle essentiel d'aménagement du territoire..." et "les élus que nous sommes doivent veiller à ce que les inégalités territoriales d'accès aux services publics ne se développent pas. Ces dernières années nous avons souvent dans nos quartiers (Chasse Royale, Cité des Pins…) protesté, avec le personnel et les usagers, contre la suppression de certains créneaux horaires. La privatisation ne ferait, c'est certain, qu'accélérer ce processus notamment dans les quartiers populaires". Puis d'ajouter que "les manceaux mesurent très bien l'évolution de "la maladie privatisation" à France Télécom-Orange et depuis peu à EDF et Gaz de France. Les prix augmentent et la qualité du service se dégrade". Et de conclure, "il y a un paradoxe en pleine crise économique à voir des nationalisations ailleurs et nous en France, nous continuons le credo libéral".