Nous avions malheureusement raison cet été quand nous annoncions qu’une grande partie du financement de la ligne TGV Bretagne se ferait aux dépens des usagers.

Six mois plus tard, la SNCF annonce qu’elle augmente ses tarifs de 3,5 %, c’est-à-dire 2 % de plus que le niveau d’inflation 2008. Les usagers de la ligne Le Mans-Paris, qui payent déjà un prix au km supérieur de 10 % par rapport aux autres lignes, verront par conséquent les prix de leurs prochains déplacements augmenter encore plus. On est loin de la mission de service public qui repose sur un prix au km unique sur l’ensemble du territoire.

Bien sûr, nous sommes opposés à cette augmentation supérieure à l’inflation tout comme l’AVUC, la CLCV, et la FNAUT. Comme eux, nous contestons la politique commerciale de plus en plus segmentée de ces tarifs au détriment des usagers.
Si la SNCF et la RFF veulent faire une économie de poids, elles pourraient éviter certains investissements coûteux en regardant de près l’alternative pendulaire au lieu de créer une ligne nouvelle entre Le Mans et Rennes. Nous proposons même de supprimer le contournement inutile du Mans, qui pèse entre 350 et 400 millions d’euros, une courte distance de 22 kms entre Connérré et La Milesse. Non seulement ce contournement est inutile car la gare du Mans n’est pas saturée, mais en plus, le Directeur Général de la RFF a publiquement déclaré que la gare du Mans possédait un potentiel exceptionnel.
09-01-19__hausse_tarifs_TGV.jpg