Ce matin, nous étions devant les Ateliers SNCF du Mans, Maryse Berger, Michel Duchatelet, moi même et Claude, en soutien des cheminots contre les premiers transferts de charges d'activités vers les Ateliers de Périgueux.
Nous condamnons fermement la décision unilatérale et brutale, prise par la Direction de la SNCF, de vider les lieux, alors qu'un comité de suivi a été mis en place pour examiner les diverses possibilités de reconversion du site. Les potentialités de développement de la maintenance TER, de la maintenance des PRM, du Périurbain Tam-Train sont autant de pistes à discuter en concertation avec l'ensemble des acteurs réunis autour de la table de discussion.
Nous espérons donc la Direction SNCF redeviendra raisonnable et privilégiera la voie de la concertation. Enfin, nous en appelons au Conseil Régional qui conventionne avec la SNCF l'achat des matériels TER (330 millions d'euros sur la mandature pour 68 rames) et la reconstruction des ateliers de Nantes (25 millions) au titre de ses compétences afin qu'elle négocie un moratoire pour qu'au moins les comités desuivi puissent sereinement travailler et faire des propositions concernant l'avenir du site du Mans. Pour notre part, nous sommes convaincus que la métropolisation des activités de maintenace sur un seul site régional à Nantes est une erreur, compte tenu de la situation géographique du Mans, des compétences des agents et de l'histoire cheminote. Nous avons écrit dans ce sens à la direction de la SNCF.