A 3 reprises cette semaine, j’ai eu à lire ou à écouter des réactions à propos des rythmes scolaires un an après que, selon la volonté présidentielle, toutes les écoles de France s’en remettent à la semaine de 4 jours, le samedi matin libéré.

Chacun sait que j’ai la dessus une idée bien arrêtée.

Tout d’abord lundi soir, avec les enseignants de l’école Camille Claudel, les parents d’élèves, un inspecteur de circonscription et un responsable du Conseil Général en charge des travailleurs sociaux du secteur ; nous avons échangé sur le temps du repas et les difficultés rencontrées ; y compris sur le temps scolaire avec certains enfants. J’étais venu avec mes statistiques d’incivilités de la fin de l’année 2009.Globalement, elles montraient une hausse. Et pas seulement dans l’école en question, mais presque partout. Livrées à la réflexion elles ont fait écho auprès des parents et des enseignants qui  comme moi pensaient qu’il y avait un lien avec les nouveaux rythmes.
 


                        Réunion des directeurs d'école

 

De retour en soirée, je prends la presse du jour qui traitait de la question en s’appuyant sur un rapport récent de l’Académie Nationale de Médecine. Enfin, aujourd’hui lors de la rencontre annuelle avec les directeurs d’écoles, le sujet a été évoqué.

Plutôt que de redonner mon  point de vue allons voir le rapport. Alors voilà :

Le rapport attesteque « l’enfant n’est pas au centre de la réflexion. L’aménagement du temps scolaire prend en compte de nombreux facteurs sociaux, économiques, politiques, pédagogique. La mauvaise qualité  du sommeil a pour corollaire une altération des capacités pouvant aller jusqu’à des troubles du comportement (violence, hyperactivité…) »

Alors mes stats !.



Plus loin, la semaine de 4 jours est pointée du doigt parce qu’elle s’accompagne d’une désynchronisation avec diminution de la vigilance de l’enfant les lundi et mardi. Les journées de 6 heures sont aussi trop longues. L’ANM rappelle ensuite les périodes difficiles notamment en hiver vers fin février. Eh bien çà promet pour février.

A l’école primaire, des études attestent de plus grandes performances mnésiques des enfants après un week-end d’un jour et demi au lieu de deux. La semaine scolaire devrait s’organiser   sur une journée moins longue, 5h par exemple et sur une semaine de 4 jours et demi ou 5 jours comme dans la plupart des pays européen, en proposant 1h d’études dirigées  en fin de classe l’après midi. Je crois vraiment qu’il faut  de nouveau un débat sur les rythmes en plaçant l’enfant au centre.

Les enfants ne rentrent pas à l’école à égalité, hélas ! Alors on imagine sans peine que dans le cadre d’une organisation scolaire aussi irrespectueuse des rythmes biologiques de l’enfant, certains se trouvent encore plus vulnérables.

Alors pourquoi botter en touche en attendant une décision nationale ?