En arrivant sur la plaine des Ronceray, samedi après-midi, nous avons tout de suite compris que les conditions s’étaient données rendez-vous pour une belle réussite populaire de la Fête Interculturelle des Quartiers Sud.

Au premier rang de ces ingrédients : les associations, les bénévoles, les habitants des quartiers, les services de la ville, bref tous ceux qui chaque année fabriquent la fête de A à Z pendant des semaines. Chacun a donc mis son talent pour le succès collectif.

Tout de suite après : le soleil qui était de la partie, suffoquant même pour certains. Et puis, les jeux, la musique, y compris bretonne. D’ailleurs, dans notre dos, un moment, François et moi-même comme nous venions du rassemblement en faveur de la Palestine, nous avons cru que les cornemuses du Fatath s’étaient elles aussi invitées sur cette plaine noire de monde. Elles auraient été, c’est certain, les bienvenues.

Enfin, mais pourquoi dire enfin, car on perçoit bien que les ingrédients de la réussite de cette fête populaire sont sans nombre. Alors donc , et encore, les stands de cuisine du monde…, une merveille pour … et pour mon chéquier aussi car, c’est une tradition chaque année, je fais ici mon marché du week-end, à déguster dès le samedi entre amis, et mes munitions de gâteaux orientaux pour la semaine. Et, j’oubliais, toutes ces conversations de stand en stand : la C.N.L., R.E.S.F., Mosaïque, le pôle Petite enfance, le Centre social…

Un beau moment qui, cela va sans dire, est aussi un bel hommage à ceux qui ont eu l’intuition de la rencontre entre les cultures, de leur valorisation, et que Le Mans, c’est aussi les quartiers. Et, tout ça de façon festive. Décidément, Robert Jarry et son équipe d’élus, Jeannine Heaudebourg ont jeté de très belles bases par ci, par là.

Bravo donc à tous les acteurs d’aujourd’hui qui, de la plaine des Ronceray, ce samedi et des autres quartiers font vivre Le Mans, notre ville.