L'été, qui aurait dû être un moment de repos et de détente pour l'ensemble des habitants de notre pays, a vu, au contraire, l'exacerbation de sentiments totalement étrangers à notre République. Le Gouvernement et la majorité parlementaire de droite, dont nous avons eu l'occasion de souligner, dans plusieurs billets,combien leur politique vise à dresser les habitants de notre pays les uns contre les autres, a passé, dans ce domaine, un nouveau cap.

Nous voulons parler de sa politique en direction des Roms. Sachez que MM. Sarkozy et Fillon  ont obtenu en 2007, lors de l'intégration de le Roumanie et de la Bulgarie au sein de l'Union Européenne, que les Roms n'aient accès ni à l'emploi ni aux prestations sociales, les mettant ainsi au ban de la société. Cette décision est d'autant plus lourde de sens qu'elle empêche les Roms de disposer de moyens légaux pour vivre dignement. Aujourd'hui, cette population fragilisée fait l'objet d'une chasse en règle, totalement contraire à la devise de la République : «Liberté, égalité, fraternité».

Sur ce sujet comme sur bien d'autres, Sarkozy s'attaque à la nature de la République française. L'ami de Bush et du modèle anglo-saxon désire que la France devienne une démocratie mondialisée ayant rompu ses amarres avec ses origines républicaines, révolutionnaires et populaires. Ce n'est pas "la gueuse" que Sarkozy abhorre, le populisme est son fonds de commerce. Non, c'est la République telle que Jaurès la définissait, telle qu'elle est, "la grande meneuse", "le grand excitateur" de l'Histoire, la République qui" veut que la Nation soit souveraine dans l'ordre économique pour briser les chaines du capitalisme...". C'est cela que Sarkozy et la droite veulent fragiliser et casser. Et tous les sujets sont bons pour affaiblir la culture républicaine de ce pays, son substrat idéologique.

Mais heureusement les réactions se multiplient en témoignent le rassemblement d'aujourd'hui où nous avons fait bonne figure particulièrement Maryvonne, à la banderolle.