Avec ce succès massif, le 7 septembre s'impose et nécessite de rebattre les cartes. Aujourd’hui, l’ensemble des moteurs du sarkozysme sont éteints. Il nous avait promis un mai 1968 à l’envers. Il allait nous faire aimer l’Etat light. Il voulait même nous faire aimer les riches ! Tout ça est loupé. Cet été, il a même grillé la cartouche sécuritaire et xénophobe. Il n’est arrivé à rien et ses mesures n’ont déclenché que du mépris, jusque dans son camp, et maintenant c'est une levée en masse sociale qui lui fait face. L'heure arrive enfin de préparer l’enterrement du sarkozysme.

Bien sûr, tout n'est pas fait, mais les syndicats, CGT en tête, ont joué un puissant facteur de mobilisation. A eux d'envisager la suite, à nous sur le terrain politique de prolonger ce combat. Les députés du Front de Gauche à l'Assemblée s'opposent à la réforme Woerth et défendent la loi du Front de Gauche, c'est à dire la retraite pleine à 60 ans.C'est le Peuple Français, qui en 1981, a adopté la retraite à 60 ans en votant pour François Mitterrand. Que la question revienne devant les français, que Sarkozy organise un Référendum, lui qui avait dit qu'il n'y toucherait pas!

On le voit, le 7 Septembre s'imposé comme un marqueur pour la gauche. Et c'est tant mieux. Alors, sur les retraites, nul ne peut pas rester dans l’ambiguïté. Il en va de même pour tous les autres sujets. Accompagnement du système ou rupture ? Une chose est certaine, le pays n’attend pas un lifting et avec le champion du FMI, c'est certain, la gauche ira dans le mur.

Alors pour paraphraser la formule fétiche de Sarko, on a tous envie de dire: « Allez, casse toi ...Et Vive un Gouvernement de Front de Gauche ».