Le modèle de l’économie actuelle est basé sur les activités masculines ; le PIB prend en compte la production agricole et industrielle et ignore et exploite la production domestique.

Pourtant, les femmes sont légions dans les usines textiles, les manufactures d’armes, les arrières boutiques d’artisans et commerçants mais elles ne sont pas prises en compte. Leurs salaires sont faibles et les syndicats ne les défendent pas.

La théorie de Monsieur Gagnepain a servi de modèle de base aux droits sociaux actuels et dans toute l’Europe. [Acquisition des droits sociaux et égalité entre les femmes et les hommes (auteures Lanquetin, Le Tablier, Perivier…)].

Nous ne sommes pas sortis indemnes de ces 200 ans d’histoires.

Le projet politique, social, culturel, économique, juridique mis en place depuis la révolution n’a pas été repensé pour l’égalité entre hommes et femmes. Surtout, cette égalité ne peut pas porter ombrage, c’est-à-dire elle ne doit pas remettre en cause le modèle économique, hors, vu la façon dont ce modèle s’est élaboré nous ne pourrons pas avoir l’égalité sans remise en cause du modèle.

Pourtant, si on compte bien, aujourd’hui, les femmes ne touchent pas le quart du PIB.

Aujourd’hui, le stéréotype le plus violent pour moi est celui présent dans beaucoup de discours qui fait comme si l’égalité de droits était une égalité réelle. Je pense que la mixité à l’école et la réussite relative des filles a autorisé ce discours trompeur d’une égalité réalisée.

Les dernières lois proposées à l’Assemblée Nationale ne désignent pas un genre plus qu’un autre mais elles sont parfaitement injustes pour les femmes puisqu’elles ne tiennent pas compte des situations inégalitaires.

Quand on allonge la durée de cotisations sans tenir compte du fait que les femmes travaillent déjà plus tard pour compenser les trimestres manqués, on vise les femmes dont les pensions seront plus pénalisées que celles des hommes

L’inégalité avait déjà été renforcée par des lois de 1993 et 2003.

La France protège les femmes avec les minima sociaux mais ce n’est pas ma conception de l’égalité !!

De même, la loi sur les territoires ne permet pas l’application de la loi sur la parité, les gens hommes et femmes ont pris l’habitude de voter pour les hommes et les femmes vont être absentes des nouvelles assemblées. Voir élection dans les communes de A COMPLETER par Chantal

Seule une volonté politique au plus haut niveau peut garantir la mise en place de cette parité.