Le Conseil s'est vraiment engagé lorsque fut abordée la question qui a agité, à juste titre, cette semaine le monde du logement social en congrès à Strasbourg. Sur table, le maire, qui était au Congrès, a déposé une adresse aux parlementaires sarthois qui vont être amenés à débattre de la prochaine loi de Finances 2011. Le projet du Gouvernement, c'est de prélever une taxe de 2 % sur les loyers afin de financer l'ANRU. Ce serait donc la première fois dans l'histoire sociale du pays qu'une taxe serait ainsi prélevée sur les foyers modestes pour financer des travaux qui leur seraient destinés. Nouvelle rupture de Sarkozy, car jusqu'à maintenant cela relevait de la solidarité nationale.


Maryse a fait une déclaration pour le Groupe PG dénonçant l'indécence du ministre Apparu justifiant son projet par la "chasse aux niches fiscales..."! Ces gens frôlent l'obscénité tellement leur mentor les a décomplexés en débutant son mandat au Fouquet's et sur les yachts. Anne Beauchef, en petite soldate mal inspirée, a trouvé matière à défendre une "mesure de solidarité, de gauche pour sécuriser l'ANRU". Mais, sur l'initiative d'un élu de l'opposition, à qui le gaullisme dit encore quelque chose, la petite escouade sarkozyste s'est réfugiée dans la non participation au vote. Une belle tartarinade de leur part. Un scandale pour les familles logeant en HLM.

Pour retrouvez l'intégralité de l'intervention de Maryse BERGER, cliquez ici.

Vous trouverez également ci-dessous la délibération adoptée par le Conseil.




Second sujet ayant fait débat, la subvention à l'entreprise Col'Art. François a expliqué notre abstention en s'appuyant sur le fait que la Réforme de la Taxe Professionnelle a changé la donne. Les entreprises ont en effet vu baisser leur contribution au budget des Collectivités de 30%.
Ajoutant, plus généralement, que concernant la fiscalité des entreprises, celles qui régulièrement "nous sollicitent", c’était encore le cas ce soir, "ne sont pas celles qui ont le régime fiscal le plus désavantageux. Un simple regard sur les taux de la taxe sur les plus-values nous rappelle que les entreprises du CAC 40 sont assujetties à hauteur de 8 % et les PME non cotées à 25 %."

Et de terminer son propos en assurant que nous serons vigilants quant au maintien des emplois existants et à la création annoncée par Col'Art de 14 emplois. Puis de  demander qu’un comité de suivi soit créé pour veiller au respect des engagements pris par cette entreprise et une remise à plat des conditions d'aides économiques aux entreprises.

Retrouvez l'intégralité de l'intervention de François EDOM en cliquant ici.




Enfin, Claude Picault, pour les élus Progressistes, fera partie des représentants de Le Mans Métropole à l'Association des Communautés Urbaines de France.