Joseph WEISSMANN. Ce nom et cet homme ne vous disent peut-être rien.

Lui-même aurait souhaité rester un anonyme, un homme sans histoire, nous racontant seulement qu'un matin dans un de "ces rêves", il avait vu apparaître une pancarte avec Le Mans écrit dessus et qu'il avait posé là sa valise et fait sa vie. Mais, en fait de rêve, ce sont les cauchemars qui agitent Joseph et le réveillent. C'est une mer tourmentée, démontée et terriblement menaçante qui le noie, interminablement, avant qu'une plage nommée Le Mans ne l'accueille.

L'homme aurait préféré connaître une enfance normale et grandir entouré des siens, de ses parents, de ses frères et sœurs.

Sa destinée fut tragiquement tout autre pour lui et des milliers d’individus ayant connus la rafle du Vel’d’Hiv en 1942 et déportés dans les camps d’extermination allemands.

Témoigner de son histoire lui a semblé indispensable pour que demeurent vivaces l’horreur et l’inhumanité de ces heures tragiques. A ce titre, le film La Rafle inspiré de son histoire en est un magnifique témoignage.

De notre côté, rendre hommage à Joseph WEISSMANN est important pour lui signifier que ces événements tragiques n’ont pas disparu de nos mémoires.


En décernant la médaille de la Ville à Joseph WEISSMANN, la Ville du Mans s’inscrit dans cette volonté de se souvenir et de rappeler les heures tragiques de l’Histoire de France. Patrice PERDEREAU et Maryse BERGER étaient présents ce vendredi 24 septembre pour honorer la bataille menée par Joseph WEISSMANN sur le devoir de mémoire. Ce jour était l’occasion pour nous de célébrer l’homme, son courage à l’époque jusqu’à ce jour empreint d’une infaillible détermination à faire connaître auprès de nous et pour les générations futures la vérité de l’histoire. Dans l’hommage fait au combat de Joseph WEISSMANN, il est permis de saluer l’ensemble des hommes et des femmes menant ce combat activement comme Yves VOISIN, Président de l’Association des fusillés et déportés de la Sarthe, conseiller municipal progressiste.