Comme chaque année, le Foyer G. Brassens fait sa porte ouverte le premier week-end de décembre. La salle est toujours pleine à craquer et la chaleur humaine qui y règne contraste tant avec les frimas du dehors. François est déjà là au côté de Marie-Claude Gascar, la directrice de la Maison, lorsque nous arrivons Chantal et moi. Le moment est toujours propice pour échanger autour d'un verre les premières impressions, souvent définitives, sur les illuminations en ville. Cette année, l'ambiance est un peu particulière et empreinte de solennités. Depuis 20 années, Marie-Claude anime la petite communauté du Foyer qui vit en symbiose avec le quartier. Pour la 19eme fois elle nous accueillait ce matin à la porte-ouverte mais ce sera la dernière car l'heure de la retraite a sonné. On sent que la page sera difficile à tourner tant elle faisait corps avec le lieu et la communauté de résidents. Après un mouvement social aussi fort, et encore très présent dans les coeurs, on ne peut être qu'heureux pour elle, même si avec elle, risque de s'en aller aussi une façon de travailler avec les personnes agées: humaine et héritée du communisme municipal si cher à R. Jarry et J. Haudebourg.

Bonne retraite à Marie-Claude auprès de ses enfants et petits enfants dans le sud.