C'est avec un peu d'étonnement qu'on laisse le stade à son destin. Oui, car ce n'est pas une ruine qu'on abandonne avant d'aller rejoindre le MMArena. Peu d'équipements auront eu ce sort, de tourner la page en forme. On se souvient du Théatre des jacobins à bout de souffle et sur les rotules, Bollée mardi soir donnait une toute allure, un beau stade de L2 en somme.

Bon, allez, il faut assumer nos choix, mais ce ne sont pas les propos du matin tenus par l'entraineur qui nous aident à chasser nos réflexions chagrines. Car enfin, en prélude à une telle soirée, fallait-il pousser la légèreté jusqu'à dire: « Ce n’est pas un argument mis en avant auprès de mes joueurs pour les motiver ".  Si le joyau couteux à de quoi faire rêver nos CHERS joueurs fallait-Il donner ce jour l'impression que Bollée sonnait creux pour EUX ?

Sur le terrain en tout cas, le match déployé  n'avait rien de songe-creux, ou plutôt si, car le spectacle nous rappelait que la Ligue 1 est encore loin. Merci à l'équipe car souvent, lors de cette ultime soirée à Bollée, il m'est arrivé de penser à l'époque de l'USM quand j'étais gamin, au très beau match joué par le MUC face à Monaco en coupe de France, le prélude à la montée en ligue 1. Nous étions nombreux à attendre ce soir là, un tel match de notre équipe...Alors, le feu d'artifice, quand la soirée a été si frisquette. Même nos joueurs sont rentrés...

Et finalement, c'est Gérard Bollée, le petit-fils de Léon, qui va rester le beau et bon moment de la soirée. On se souviendra de lui, heureux de fouler la pelouse, alerte sur sa canne et le coup de pied sympa pour lancer le match. Il aurait pu dire, pour gâcher la soirée, que le stade de son grand-père avait été fait pour le vélo et pas pour le foot. Et bien non, de très bonne humeur, il a tapé le ballon et donné le coup d'envoi du match. Ca, c'est de l'allure!