Il faisait froid ce matin sur le marché de la Boussinière. J'aime beaucoup ce petit marché. Tout l'hiver je l'ai fréquenté pour faire mes courses mais ce mardi je reprenais mes diffusions de tracts assez régulières ici. Aujourd'hui le "papier" parlait de la précarité. Parmi tous ceux qui sont venus voir l'élu du Mans, les quelques personnes qui m'ont parlé du contenu du document avaient des situations très concrètes à partager avec moi. Un fils diplômé qui ne trouve pas de travail, une fille tirant le diable par la queue chaque fin de mois avec ses deux petits à élever seule, un mari ingénieur la cinquantaine atteinte qui vient de perdre son emploi, et puis tout près de la place, des agents de La Poste qui ne sont plus considérés par leurs chefs et leur entreprise "publique". Beaucoup de souffrances, mais beaucoup de dignité dans ces confidences. J'ai comme le sentiment que la cocotte bouillonne chez nous aussi...


J'aurai pu distribuer le tract sur la Tunisie, je crois qu'il aurait eu le même écho. Personne ne dit ici "dégage Sarko", mais beaucoup ont en tête : "dégagez ..."