Lettre à mes amis Progressistes et Partisans.

Bonjour à tous,

Quelques jours de réflexion et de villégiature à Besançon et je me dis que nous avons eu tord de soutenir le désir du maire de voir le Mans figurer dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

La ville de Besançon présente un ensemble architectural remarquablement homogène et élégant, incrusté dans un décor géographiquement remarquable : une zone de moyenne montagne et un méandre quasi fermé du Doubs. Cependant, ayant eu l’occasion de discuter là-bas avec un ami de l’inscription au patrimoine mondial, il me disait que cela avait représenté un énorme travail. Je dois dire que ce genre d’expression ne me fait pas peur.

Sauf quand une délibération vient nous expliquer que cette montagne de travail doit être effectuée par les services de l’Etat, services hautement qualifiés du Patrimoine et de la propagande touristique que les collectivités doivent payer au prix fort ( 700 000 euros).

Je me dis que nous n’avons peut-être pas les moyens de faire fonctionner les services de l’Etat à ce prix là.

Nous avons besoin de l’argent pour financer le tram que l’Etat n' a pas financé.

Nous avons besoin de l’argent du Mans pour les enfants du Mans.

Quand l’Etat prive de moyens l’Education Nationale, il prive tous les enfants des 70 écoles du Mans.

Nous sommes une des dernières villes à financer des activités péri-scolaires gratuites. Nous avons la volonté d’améliorer les cantines en augmentant la proportion de produits bio et locaux. La cantine est déjà peu chère et nous ne voulons pas faire payer plus les familles. Tout cela est très bien...

Quand l’Etat diminue sa Dotation Globale de Fonctionnement aux collectivités, quand il encourage une privatisation larvée des activités à caractère social comme les maisons de retraite, alors que nos concitoyens ont besoin du soutien municipal pour vieillir dans de bonnes conditions...

Et je ne parle pas des associations féministes qui se chargent de la formation à la sexualité et de la lutte contre le sexisme, tout en oeuvrant contre la violence.

Je ne parle pas des clubs sportifs dont les sociétés se désengagent.

Je ne parle pas de la santé.

Si on doit faire des choix, l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO peut peut-être attendre…?

Chantal Hersemeule