Notre camarade Céline Ménéses est en Espagne à Madrid à Puerta Del Sol. Nous publions les nouvelles reçues au fil de la journée de Dimanche avec quelques photos envoyées.

"Comme vous avez pu le voir, la décision de la Junta Electoral Central (le tribunal électoral espagnol) d'interdire les manifestations à partir de minuit pour ne pas influencer le vote de dimanche n'a pas été suivie.



Le mouvement Democracia Real Ya avait prévenu hier qu'il ne pensait pas obéir. Depuis dimanche, à chaque fois que les rassemblements ont été interdits, le nombre de militant-e-s a augmenté. Le gouvernement de Zapatero est complètement débordé.

La mobilisation devrait continuer aujourd'hui et demain. Toute la question est:
-quels résultats aux élections demain?
-que fera le mouvement lundi?

Le secteur Europe du PG est mobilisé sur le sujet et les camarades d'IU nous informent.
Je suis actuellement au Danemark (Congrès des Rouges et Verts). Je serai à Madrid demain sauf problème. Les camarades m'attendent à Puerta del Sol. Je devrais donc pouvoir vous envoyer demain des nouvelles fraîches."

Puerta del Sol

"Je suis dans le métro. J'arrive dans qq minute à l'ag de Puerta del Sol. Ici la place est comble. Des débats s'organisent un peu partout au milieu des manifestants, des badaux, des tentes et des stands improvisés.



Les mots d'ordre pullulent sur les murs: "Jamais la voix du peuple ne sera illégale", "Résistance à la dictature économique", "Ta corruption, ma perdition", "la calle no calla (la rue ne se taira pas)", "Démocratie en travaux", "que les banquiers paient la crise", ", "stoppons le nouvel ordre mondial", "ils ne le savent pas encore mais on va les dégager", "A bas le régime, vive la lutte du peuple on n'a pas peur!", "nouus somme tous Tunisie, Egypte, Libye, Maroc, Grèce, Yémen, Portugal, France, Royaume Uni, Italie"



"Il fait très chaud. Les jeunes se sont organisés. Ils passent et brumisent tout le monde.
Un seul mot face à ce spectacle: IMPRESSIONANT!"

Ce qui se décide en ce moment

"On vote sur la question suivante:
-on reste une semaine de plus?
-on ne reste pas une semaine de plus?
-on reste plus d'une semaine s'il le faut?



Résultat majoritaire: on reste une semaine et plus s'il le faut!
Et si on n'obtient pas ce qu'on veut?
Proposition: "dans ce cas on viendra au moins tous les week-end et ce qui peuvent durant la semaine"
(Les revendications sont sur votre boite mail dans un mail envoyé tôt ce matin)
Une inquiétude: la santé. Attention! Il fait très chaud et les gens sont très fatigués. Il y a eu un malaise il y a quelques minutes.les revendications de la plateforme issue de l'AG de cette nuit de La Puerta del sol..."

Revendication de la Puerta del Sol

Respect réel des valeurs de justice, de liberté, d'égalité et de pluralisme.

Limitation des allocations économiques et des privilèges des charges publiques. Incapacité permanente des personnes condamnées pour corruption à se présenter à une élection.

Modification de la Loi Électorale de manière à garantir la représentativité et la proportionnalité, veillant à ne discriminer aucune force politique ni volonté sociale, permettant l'entrée des partis minoritaires et en finissant avec le bipartisme. Non au plafond des 5%.

Approfondissement des mécanismes qui permettent aux citoyens d'exercer la démocratie directe, comme des référendums, en cas de décisions socio-économiques importantes. Simplifier les mécanismes de présentation d'initiatives législatives populaires.

Imposition de la consultation populaire obligatoire et inaliénable pour l'élaboration et l'approbation des budgets municipaux, autonomiques et étatiques.

Modification et création de mécanismes de contrôle qui assurent la stricte séparation des pouvoirs publics. Assurer l'absolue indépendance du pouvoir judiciaire.

Considération comme biens d'utilité publique des services de première nécessité pour les citoyens comme l'énergie, les réseaux de communication, l'alimentation, les transports et la banque. Interdiction, par conséquent, des monopoles et oligopoles privés en gestion de ces biens.

Droit à un travail digne, stable et de qualité. Interdiction des Procédures de Régulation de l'Emploi (ERE) dans les entreprises bénéficiaires. Droit de tout citoyen à des prestations sociales publiques assurant une vie digne.

Établissement de mécanismes citoyens de contrôle de la gestion publique qui éviteraient la corruption politique. Contrôle citoyen des activités économiques des charges publiques et établissement d'un système qui empêche l'exercice et le profit via des activités publiques et privées.

Établissement d'un système fiscal progressif. Établissement au niveau global d'un impôt sur les grandes fortunes et les transactions financières spéculatives. Disparition immédiate des paradis fiscaux.

Contrôle citoyen des pratiques des entités bancaires. Interdiction des clauses abusives, en particulier en matière d'hypothèques.

Convocation d'une Assemblée Constituante.

Commission de stratégie à long terme.

Ces dispositions ont été approuvées par l'assemblée au fur et à mesure que les gens les écoutaient. Les travaux s'organisent en une foultitude d'assemblées de travail appelées commissions.


Il y a de tout:
-commission infrastructure
-commission de stratégie à court terme
-commission des arts
-commission cuisine
-commission sociales
-commission des assemblées de quartiers
-commission lgbt
-commission du travail
-commission féministe
-commission d'extension du mouvement
-commission environnement
etc

En ce moment je me trouve dans la commission de stratégie à long terme. Ici on parle lutte contre le capitalisme. Le capitalisme version néolibérale ou version capitalisme d'Etat. Il est proposé d'en faire l'axe central de tout le mouvement. On parle aussi, réduction des droits des multinationales, socialisation des biens communs, lutte contre les expulsions de logement, interdiction des privatisations,réquisition des logements vides, abolition de l'héritage, lutte contre la publicité lutte contre le mercantilisme, l'autogestion dans les entreprises en faillite (en laissant la dette aux entrepreneurs)...


Grève générale...


Une demande aux syndicats sort de la foule: "convoquez une grève générale indéfiniment reconductible!". Mais ça ne plaît pas à tout le monde: "le mouvement et la grève doit venir du peuple, des assemblées de quartiers, les syndicats ne font pas le poids!" Attention s'exclame-t-on dans la foule: "si on fait une grève générale il faut qu'il y ait un maximum de soutiens et un minimum d'espoir. On ne fait une grève générale que si on pense obtenir ce qu'on veut!" Un autre précise: "la grève générale sera notre dernier recours, le mécanisme de défense du peuple, si on n'obtient aucune des réformes qu'on demande"

Des propositions d'actions qui rappellent l'appel et la pioche sont lancées
"Pour lutter contre le mercantilisme allons dans les centres commerciaux, sortons les affaires des magasins et jetons-les à la vue de tous dans le centre en appelant au boycott"....

Une grande école de réappropriation citoyenne de la politique dans les rues de Madrid en somme!

"Le message de solidarité venu de France par ma voix a été reçu avec beaucoup d'enthousiasme et d'émotion. L'annonce des rassemblements chaque fois plus importants en France a été reçue par un tonnerre d'applaudissements. Certains ici on l'impression qu'ils font trop peu. Ils sont là depuis une semaine. Ils ont "le nez dans le guidon". Savoir qu'on vient de France les soutenir et qu'en France on s'inspire d'eux leur donne du courage. Montrons-nous dignes de leur courage!

Beaucoup de gens ici prennent la parole en public pour la première fois. Les voix tremblent mais la rage de parler est plus forte. "Moi j'ai jamais parlé comme ça, je ne connais rien à la politique, mais ce que je sais c'est que je veux que quelque chose change et que là ça a enfin l'air possible"
La jeune femme qui s'exprime nous parle de consumérisme. Elle a la rage. Son discours sera l'un des plus applaudi.
Avant elle, une jeune immigrée a pris la parole en tremblant "je ne sais pas faire ça mais je voulais dire, ne perdons pas de vue l'idée d'une grève général, c'est trop important".

Ici tout le monde peut parler, on met en confiance ceux et celles (souvent) qui n'osent pas, qui ont peur. La censure est interdite. Le respect est la règle. Les modérateur et modératrices sont élu-e-s.
Magnifique..."

Le féminisme au coeur des discussions

"La discussion sur la grève général a tout à coup pris un cours nouveaux. Une jeune femme a proposé que cette grève incluse les travaux non rémunérés, notamment les travaux domestiques que les femmes font gratuitement. Cette intervention en a surpris plus d'un et plus d'une. "On n'est pas salariées, pourquoi on nous fait travailler gratuitement! Aucune raison! Le patriarcat a assez vécu! On n'est pas des esclaves" .

Un jeune homme s'emporte en voyant certains et certaines refuser cette proposition: "je ne vois pas d'où on se permet d'exclure qui que ce soit de la grève générale", "ma mère a été une esclave, ce n'est pas parce qu'on a intégré des normes de domination millénaires qu'on doit les accepter! Il est temps de changer!"