Ce matin, ça sent l'eau de javel sur le campement. Partout les copains s'activent armés de balais et de sceaux d'eau. Avec Leila on hallucine ! C'est déjà propre et organisé d'habitude mais là..."On ne dirait plus un campement!" s'exclame Leila.
On comprend assez vite ce qui se passe. Ce matin, on passe un contrôle sanitaire.
"Attention, attention ! Grande nouvelle ! On vous annonce qu'on a passé le contrôle sanitaire avec succès! No nos vamoooos!" nous annonce-t-on au micro. Les applaudissements et les cris de joie retentissent dans tout le campement. On félicite les copains qui ont bossé comme des fous et on commence à chanter. « Oéé Oéé Oééé Oééé Oéé Oéé....ils l'appellent démocratie mais ce n'en est pas une! Oéé Oéé Oééé Oééé Oéé Oéé c'est une dictature voilà ce que c'est!"...et tant pis pour celles
et ceux qui dorment encore!". 


A Barcelone, les copains du campement de la Plaça de Catalunya n'ont pas eu cette chance. A cette heure, sous prétexte que la police bloque plus de 1000 personnes dans un coin de la place, les copains peuvent sortir mais ne pas rentrer. Ça accoure d'un peu partout pour appuyer le campement. On nous rapporte des violences policières. La police a reçu des ordres clairs : samedi soir, il y a match de foot (Barca en finale de la Ligue des Champions). Il ne doit plus y avoir personne sur la place. Un seul mot pour décrire tout ça : INDIGNANT!