Le 10 juin 1924, Giacomo Matteotti est enlévé et assassiné par un groupe de partisans fascistes. Giacomo Matteotti était un député socialiste italien qui avait su rester fidèle à ses idéaux. Comme Karl Liebknecht, il avait refusé le massacre de la première Guerre Mondiale. Position pour laquelle il fut emprisonné.


Dès l'avènement de Mussolini à la présidence du Conseil, en 1922, il dénonce à la tribune du Parlement les violences des fascistes. Et en 1924, il réclame l'invalidation des élections législatives ayant permis au Bloc National d'atteindre la majorité du Parlement : "L'élection selon nous est non valide et nous ajoutons qu'elle est invalide dans toutes les circonscriptions." C'est à la suite de ce réquisitoire qu'il est enlevé le 10 juin, à Rome, par des individus qui le font monter de force dans une automobile puis, devant sa résistance désespérée, le poignardent à mort. Les assassins enterrent son corps dans un terrain vague, à la Quartarella, à 25 kilomètres de la capitale, où il est retrouvé le 15 août.
La vague d'indignation qui traverse l'Italie à la nouvelle de la mort de Matteotti faillit briser l'ascencion de Mussolini. Elle suscite une série d'actions anti fascistes comme l'assassinat du député fasciste Armando Casalini ainsi que la défection de membres du parti fasciste qui préfèrent prendre leurs distances avec Mussolini.
De plus, dès le 13 juin, une centaine de députés de l'opposition décident, tant que l'affaire Matteotti ne serait pas éclaircie, de déserter les travaux du Parlement en se "retirant sur l'Aventin". Pendant quelques semaines, le gouvernement semble sur le point de tomber, emporté par une vague d'indignation nationale. Mais en se retirant, ils laissent le champ libre à Mussolini et privent leur action d'une tribune légale. Face à cette situation, le chef du gouvernement endosse les responsabilités du crime : "Je déclare ici, en présence de cette Assemblée et en présence de tout le peuple italien, que j'assume, moi seul, la responsabilité politique, morale, historique de ce qui s'est produit" et en profite pour instaurer une dictature. C'est à partir de ce moment qu'il se fait appeler le "Duce". La dictature est en marche.