Je soutiens la proposition d'ATTAC de présenter une altermondialiste à la tête du FMI. S'il s'agit vraiment que la France soit représentée à la direction d'une institution mondiale, alors banco. Mais la nationalité ne fait pas tout. Quel contenu politique donner à cette institution : tel est l'enjeu du débat. 

Le FMI a toujours eu la réputation de "venir en aide" aux pays en difficulté à la condition qu'ils appliquent les recettes les plus libérales à leur politique économique. C'est-à-dire la baisse des dépenses publiques mais le maintien des remboursements aux investisseurs. Je traduis : la casse du service public, de la protection sociale et des systèmes de retraites contre le fait de pouvoir continuer d'engraisser les plus riches. Cela a-t-il changé avec Dominique Strauss-Kahn ? Il suffit de voir les préconisations qui sont faites pour la Grèce, le Portugal, l'Irlande ou l'Espagne pour s'apercevoir que non. Alors ne parlons plus de "prestige" de la France pour occuper cette fonction : il est très largement écorné auprès des peuples du monde qui sont assommés par le FMI dirigé par un français.

ATTAC propose sa co-présidente Aurélie Trouvé, économiste. Elle ne cherche pas le prestige de la fonction. Elle pense qu'un Fond Monétaire International qui pourrait aider les pays dans leur développement est une bonne idée. C'est l'orientation économique qu'il faut changer. Si les contreparties c'est d'augmenter les impôts des plus riches, d'assurer que l'argent fourni aille bien éduquer et soigner les populations locales, ce serait un réel investissement sur le développement du pays en question.

Je vous appelle à aller soutenir la première candidature altermondialiste au FMI en signant cet appel : http://www.france.attac.org/soutenez-la-premiere-candidature-altermondialiste-la-tete-fmi.

Chantal Hersemeule.