Voici une semaine que les classes ont repris et cette rentrée nous invite à quelques commentaires. Tout d'abord, il a fallu attendre la fin de la semaine avant d'y voir un peu clair.  Car des classes ont ouvert lundi puis étaient refermées le lendemain. Une trentaine de situations de ce genre contre 4 ou 5 l'an passé. Cela ressemble à un « bazard ». Mais le plus grave est ailleurs, car la Sarthe a perdu 30 classes alors que le nombre d'élèves a augmenté légèrement.

Alors certes, en Sarthe, on ne recrute pas d’enseignants via « leboncoin.com » comme en Ille-et-Vilaine, en Sarthe, on supprime des postes et donc  on ferme des classes  comme à Trangé au motif du seuil de maintien non-atteint à un enfant près, telles sont les quelques aberrations, parmi les plus nombreuses, auxquelles nous assistons en cette période de rentrée scolaire.

Avec la poursuite des suppressions de classes et de postes d’enseignants, le gouvernement organise la désorganisation de l’institution et répand la précarité dans l’éducation nationale.

Jamais, il n’aura autant été du devoir de la gauche de combattre les politiques destructrices de la droite et de reconstruire l’éducation nationale et l’école de l’égalité républicaine et de la réussite.

Hélas, l’incertitude demeure quand nous constatons le positionnement du Parti Socialiste. Quand certains actent la suppression annoncée par le gouvernement de 80 000 postes, d’autres évoquent les temps anciens et proposent le retour aux classes à 40 élèves selon les territoires et les profils sociologiques. Et puis hop, en voilà un qui contredit ce qu'il avait affirmé quelques semaines plus tôt.

Parce que l’Education Nationale n’est pas un marché mais un pilier fondateur de notre République, son financement doit être fait à la hauteur de l’enjeu sociétal qu’il convient de lui donner.

Le Front de Gauche propose l’arrêt immédiat de la suppression des postes et la reprogrammation des postes supprimés.

La revalorisation du métier d’enseignant doit être assurée par des fonctionnaires recrutés sur concours.

Le Front de Gauche abrogera la réforme de la formation des maîtres et rétablira le cadre de formation spécifique d’au moins un an pour les enseignants avant la mise en situation devant une classe.

Les fonds publics seront réservés exclusivement à l’enseignement public, d’où le redéploiement vers le public des 7 milliards de dépenses publiques accordées à l’enseignement privé.