Après l’augmentation des cotisations mutualistes, le gouvernement Fillon revient à la charge en s’attaquant au régime des indemnités journalières via le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS).

Le gouvernement imposerait cette mesure par décret sans ouvrir la discussion aux parlementaires ni aux partenaires sociaux !

Alors que diverses études ont montré que les arrêts maladies sont le résultat d’une souffrance vécue au travail, le gouvernement en rajoute en faisant des économies sur le dos des salariés.



Pour un salarié au smic (1365 euros brut, 1071 euros net), l’indemnisation mensuelle par la Sécurité Sociale passerait donc de 680 euros à 640 euros.

Cette mesure pour 2012 s’ajouterait à celle de 2011 (changement du mode de calcul des mêmes indemnités) qui a déjà diminué le revenu des salariés de 1,4 %. Au final, si le projet passe en l’état, les indemnités journalières auront baissé de 7 % en treize mois à peine.

L’économie escomptée par le gouvernement est de 220 millions d’euros, somme o combien vitale pour rembourser la dette, quand la « niche Copé » qui exonère d’impôts les plus-values faites sur les cessations d’entreprise a engendré une perte de 22 milliards d’euros de revenus pour l’Etat en 3 ans.

Le Groupe des élus Progressistes - Parti de Gauche 72 condamne fermement cette mesure inscrite dans le PLFSS de 2012 et enverra un courrier au Premier Ministre pour demander le retrait de cette mesure injuste socialement.