Samedi 15 octobre a eu lieu une manifestation antinucléaire qui a rassemblé 30 000 personnes à Rennes.

Une délégation sarthoise du PG, composée d’élu-e-s et de militant-e-s, était présente au côté de Martine BILLARD, co-Présidente du PG et militante écologiste de la première heure.


Chantal, Yves, Thérèse, Eric, Christiane, Michel, rejoints par des camarades de Mayenne, ont défilé dans la bonne humeur et sous le soleil !


Parce que nous ne voulons plus revoir les catastrophes écologiques et humaines de Tchernobyl, et plus récemment de Fukushima, il faut réduire la part du nucléaire dans la part totale de la production d’énergie, sécuriser l’activité nucléaire restante et promouvoir la production d’énergies alternatives.

Il existe aujourd’hui au moins deux pistes sérieuses : les réductions de consommation d’énergie et l’investissement dans la recherche de production d’énergies alternatives. C’est possible dans un cas comme dans l’autre.

Cela peut se faire en changeant notre façon de produire et de consommer pour réduire la consommation d’énergies et en engageant l’intelligence française dans l’autre. Nous sommes parvenus à « inventer » le nucléaire français en 10 ans, en mobilisant le savoir-faire national. Pourquoi ne parviendrions-nous pas à trouver une énergie alternative en s’en donnant les moyens ? Les centrales de géothermie profonde qui sont en marche démontrent que des alternatives sérieuses peuvent garantir des productions massives d’énergies.

Pour ceci, il faut une volonté politique impulsée par la volonté populaire. Le Parti de Gauche propose un outil pour y parvenir : la planification écologique.