Au Mans, la manifestation du 25 novembre, Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, a rassemblé une centaine de personnes issues du monde associatif, politique, et syndicaliste pour l'essentiel.

Ce vendredi 25 novembre, à 18h, les gens se pressent place de la république pour faire une dernière course et regagner leurs pénates. Nous, avec quelques drapeaux et quelques panneaux, nous résistons au froid et répondons aux journalistes.

Oui 146 femmes sont mortes en 2010, et oui il y a 75 000 viols par an en France ! Oui la prostitution est une violence et l’inceste fait 2 millions de victimes en France.

Il faut aussi expliquer la présence de la CGT car on me demande ce qu’elle a à voir avec ça. Et bien sûr, je réponds à tous que même au travail les femmes sont victimes de violences : les attouchements, les insultes, les chantages et les discriminations sont  monnaie courante pour elles au travail et la CGT a raison de le dénoncer.

Nous passons devant le planning familial, devant la mairie, le palais de justice; nous souhaitons un engagement financier de tous les pouvoirs publics pour répondre aux besoins de soutien des femmes et au besoin d’information de toute la population.

Nous souhaitons un plus grand engagement de la justice pour la loi de juillet 2010. Nous souhaitons que les associations soient reconnues et aidées. Nous voulons améliorer la solidarité entre les femmes de toutes les générations où qu’elles soient dans le monde.

Devant la Préfecture, nous allumons quelques bougies et nous respectons la minute de silence en hommage aux femmes mortes en 2010.

Chantal HERSEMEULE