En recherchentant le bras de fer avec les syndicats, N. Sarkozy est dans une logique de compétition avec l’extrême-droite. Rappelons que celle-ci se réunit tous les ans ses sbires autour de la statue de Jeanne d’Arc. Une compétition oui,mais pas avec l’extrême-droite. Dans le sens de l’extrême-droite. Ce n’est pas pareil. Le bras de fer voulu, est contre les syndicats. C’est-à-dire contre les salariés organisés sur leurs revendications. C’est sans précédent. Mais c’est la suite logique du discours contre les « corps intermédiaires » qu’il avait prononcé à Marseille. La logique d’affrontement, déjà manifeste tout au long du quinquennat, franchit un seuil. Ce n’est pas un « coup de com' ». C’est une orientation politique de fond, réorganiser la droite autour de l'axe extrème et anti-républicain.

 C’est la raison pour laquelle le Front de Gauche fait de la mobilisation pour ce 1er mai une affaire centrale. Nous devons être derrière nos syndicats. Nous appelons donc tous ceux qui partagent notre combat à aller manifester avec les syndicats, dans le cortège de leur choix.