Pour ce premier Conseil communautaire de l'année 2013, Le Mans Métropole accueillait dans l'assemblée les maires des nouvelles communes d'Aigné, de Champagné, de La Milesse, de Ruaudin et de Saint-Saturnin, ce qui porte désormais le nombre de communes à 14.

Patrice PERDEREAU, pour le groupe a salué l'entrée des nouvelles communes en ajoutant que cela permet de franchir le seuil des 200 000 habitants, consolidant ainsi le poids de Le Mans Métropole comme aire métropolitaine entre l'estuaire nantais et la région parisienne.

L'objectif dorénavant est d'atteindre le seuil de constitution en pôle métropolitain (300 000 habitants), ce sur quoi Maryse BERGER a ajouté que l'échelle du Scot du Pays du Mans est une échelle judicieuse pour travailler en ce sens.

Concernant le budget 2013, Patrice PERDEREAU a expliqué les raisons qui conduisent le groupe a voté en faveur du budget 2013, à savoir le niveau important de l'investissement, non négligeable en période de crise, dans les transports en commun (2nde ligne de tramway, Bus à Haut Niveau de Service), respect des engagements, maintien du service public et de l'emploi.

En revanche, pour le budget 2014  le groupe des élus Progressistes - Parti de Gauche redoute l'impact de l'austérité sur les collectivités territoriales et leur marge de manoeuvre en raison des baisses drastiques des dotations de l'Etat de 2,5 milliards d'euros. A n'en pas douter, cette politique sociale-libérale produira au niveau local les divisions qu'elle a déjà produites au niveau national. Ce choix de diviser la gauche est le fait de F. Hollande. Patrice PERDEREAU s'est alors adressé aux parlementaires, membres du Conseil communautaire (F. Dubois et M. Karamanli), afin qu'elles défendent des amendements sur la fiscalité locale, et notamment en direction des entreprises, pour compenser la suppression de la Taxe Professionnelle par Sarkozy (un cadeau de 9 Mds d'euros), lors de la loi sur les collectivités territoriales.

Plus spécifiquement, sur le budget lié à l'Enseignement Supérieur et la Recherche, Patrice PERDEREAU a rappelé les efforts menés par Le Mans Métropole depuis des années, en partenariat avec l'Université du Maine. Ces efforts ont porté leurs fruits puisque l'Université du Maine est distinguée dans les projets d'investissement d'avenir, à travers la présence de l'acoustique mancelle dans l'IRT Jules Verne.

Lorsque le débat sur la tarification de l'eau s'est engagé, François EDOM est intervenu pour dire qu'une structure unique était souhaitable au lieu du chevauchement coûteux entre la CUM et le Siderm. Cette structure unique permettrait de conduire une politique volontariste de l'eau qui préserve la ressource et qui instaure une tarification sociale et progressive de l'eau. Elle permettrait en outre de responsabiliser les gros consommateurs d'eau et de redonner du pouvoir d'achat à nos concitoyens les plus modestes car l'eau fait partie aussi du minimum vital.

Le groupe des élus Progressistes - Parti de Gauche souhaite qu'une Communauté urbaine de l'eau soit créée pour apporter une meilleure cohérence spatiale et technique dans la production et l'approvisionnement en eau de notre territoire et aussi pour garantir sa gestion publique.

Sur l'aide économique à l'entreprise Foussier, le groupe ne l'a pas votée. Maryse BERGER a expliqué cette position en précisant que la demande d'instaurer des critères d'attribution d'aides économiques aux entreprises, tels que l'avis du CE de l'entreprise ou le fléchage de la taxe d'apprentissage vers les établissements publics d'enseignement, n'étaient toujours pas pris en compte.