Délibération 1 : Propositions de la Municipalité dans le cadre du redressement de « Le Mans Football Club » - Acquisition de la Pincenardière

 

Conseil municipal du jeudi 14 février 2013 –intervention François EDOM

 

 

Il est rare que notre conseil municipal attire autant de monde ! Il est vrai que la presse s’est largement fait l’écho des différents épisodes concernant Le Mans FC !

Dans la période de crise que nous connaissons, il est légitime que nos concitoyens s’interrogent quant aux possibilités financières de notre collectivité.

 

Il me semble à cet égard que la délibération est très claire et que :

 

 -    Premièrement : nous nous engagerons uniquement si le club trouve un repreneur. Je cite la délibération : « L'opération d'acquisition de la Pincenardière présentée dans la délibération ne sera réalisée que si dans le même temps, le Mans Football Club a trouvé une solution pérenne avec un repreneur assurant la consolidation de sa situation financière ».

 

-          Deuxièmement : nous ne versons aucune subvention au club. Ce soir, nous engagons une opération immobilière classique qui permettra au club de retrouver un peu d’oxygène. Comme nous le faisons pour les bâtiments industriels, nous aurons le paiement du loyer.

Nous ne versons d’ailleurs plus de subventions à Le Mans FC depuis la mise en service du MMArena en janvier 2011.

 

 

Nous acceptons le choix de nos prédécesseurs qui ont donné leur chance à un club professionnel, et assumons qu’un club résident puisse se développer dans une infrastructure moderne. Cette infrastructure permet en outre d’accueillir d’autres manifestations populaires, sportives et culturelles.

N’oublions pas trop vite que Le Mans FC était sous la menace d’une rétrogradation administrative, la Ligue de Football Professionnel considérant que le stade Léon Bollée ne répondait pas à ses propres normes !

 

Cette délibération est égalementsous-tendue par ce qu’on pourrait appeler le syndrome de « l’éléphant blanc ». Rien ne serait pire qu’un stade vide ! Pour le faire fonctionner, il faut que le club se relance. C’est le vœu que nous formulons tous.

 

Qu’on le veuille ou non, le sport professionnel et le sport amateur ont leur destin lié. Je le souhaite d’autant plus vivement que nous avons toujours fait le choix d’une politique sportive équilibrée entre le soutien au sport de masse d’une part, donc au sport amateur, scolaire, de handicap et de loisir, et d’autre part au sport professionnel et au sport spectacle.

 

Je rappelle que 700 000 euros de subventions sont annuellement affectés au fonctionnement des clubs amateurs. En 2012, notre collectivité a consacré 8 millions d’euros aux investissements, à l’entretien, à la sécurité et aux fluides pour permettre la pratique du sport.

Les nombreux acteurs du sport associatif pourraient le reconnaitre, nous n’avons jamais sacrifié nos projets d’équipements sportifs de proximité au projet du stade.

 

J’ai un souhait ce soir, nous avons un stade et un centre de formation qui doivent profiter maintenant à un club résident.

J’espère que cette délibération y contribuera et j’attends du Mans FC, si nous l’aidons à le sortir de l’ornière, qu’il nous propose un modèle économique viable, car j’ai hâte de revenir aux fondamentaux du sport.