Depuis longtemps, nous dénonçons les prix TGV pratiqués entre Paris et Le Mans. Lors des enquêtes d’utilité publique de la ligne nouvelle vers Rennes, nous en parlions dans les contributions remises aux commissaires enquêteurs, à la Région et à l’Etat. Déjà le plus élevé de France, il ne manquera pas de le rester et de creuser encore plus l’écart avec les autres.

La réaction de Gilles Bontemps, totalement opposée à la démarche de la Région Nord Pas-de-Calais, nous révolte mais ne nous étonne pas. Fervent « contourneur » du Mans, le Vice-Président de la Région des Pays de la Loire, a hélas toujours raisonné prix Paris-Nantes plutôt que de tenir compte des modalités réelles de calculs des péages, qui se font sur des tronçons.

Ainsi, l’exploitation à ce tarif kilométrique de la ligne Paris-Le Mans depuis 25 ans a fait les choux gras de RFF et permis de financer le contournement du Mans et son prolongement à l’ouest.

L’action de la Région Nord-Pas-de-Calais mérite intérêt. La Région des Pays de la Loire ne peut pas s’en désintéresser comme le fait son Vice-Président. D’abord parce que Le Mans est dans la Région et que les contribuables sarthois financent pour partie la ligne nouvelle.

Poser devant le Conseil constitutionnel la question de constitutionnalité du prix kilométrique est pertinent car cela revient à poser la question du service public. Le TGV provoque pourtant un élargissement des bassins économiques et d’emplois entraînant les déplacements  pendulaires pour le travail.

La Région Pays de la Loire serait inspirée d’y réfléchir et éviter de trop donner le sentiment que, sur cette question, elle attend tout de la concurrence de l’avion avec la construction de l’aéroport Notre-Dame-Des-Landes.

Enfin, au-delà de la question des tarifs, le Vice-Président aux transports de la Région ferait bien de demander une réunion du comité de suivi sur la desserte du Mans car les travaux de contournement avancent et balafrent la Sarthe qui aimerait, pour le moins, être rassurée sur les garanties de dessertes.

Patrice PERDEREAU, Coordinateur départemental du Parti de Gauche