Rassemblement devant la préfecture ce soir au Mans.                                                                  

A l'appel des forces progressistes, politiques, syndicales, et associatives, plus de 200 personnes se sont réunis ce jeudi 6 juin afin d'honorer une dernière fois la mémoire du militant humaniste qu'était Clément Méric, 18 ans, avant de tomber sous les coups de meurtriers haineux et racistes.

Car il s'agit bien d'un fait politique qui ne doit pas être minoré en bagarre des extrêmes ! Frapper une personne armé d'un poing américain signifie bien que l'intention était de détruire. Clément Méric a été victime de ceux-là même dont il combattait les idées. Mourir pour ses idées à 18 ans en République est intolérable. Après avoir été violemment frappé, Clément vient rejoindre la liste des trop nombreuses victimes de l’extrême-droite. Nous pensons à cet instant à Pierre Maitre en 1977,  Ibrahim Ali et Brahim Bouarram en 1995...

L'atmosphère délétère issue de la banalisation des propos haineux d'extrême droite, dans les médias ou de la part de certains responsables politiques de droite, concourent à la multiplication de ces agressions dramatiques enregistrées en France depuis quelques mois (passage à tabac d'homosexuels, de syndicalistes et de militants politiques de gauche par des groupuscules néo-nazis).

Enfin, partout en Europe, sous les effets des politiques d’austérité, l’extrême-droite se renforce et avec elle les groupuscules violents. L’exemple d’Aube Dorée en Grèce doit nous alerter.

Le groupe des élus Progressistes - Parti de Gauche réitère son soutien à toutes les forces progressistes, humanistes et solidaires, et affirme qu'il déploiera toute son énergie à combattre les théories haineuses et racistes par la force de la conviction  de la discussion et de la persuasion.