Communiqué de presse - Parti de Gauche 72

 

Le Mans, le jeudi 11 juillet 2013

                                                                           

   Le Mans FC : les  jean-foot’re… 

 

Né de la fusion entre le SOM et l’USM, Le Mans FC a connu une belle destinée pendant 20 ans, en National, puis en L2  et en L1 entre 2003 et 2010.

Evoluant alors à domicile au stade Léon Bollée, la Ligue de Football Professionnel (LFP) a fait pression sur le club et les collectivités territoriales pour construire un nouveau stade en brandissant l’arme de la rétrogradation administrative. Le Mans FC, alors dénommé MUC 72 (Le Mans Union Club 72), avait obtenu deux fois trois ans de dérogation.

Malgré cette pression, le Conseil municipal de la Ville du Mans s’était montré prudent en repoussant la décision de construire un nouveau stade.

Avec la MMArena, la LFP n’a pas hésité à vanter le nouveau stade et Le Mans FC comme exemple à suivre du football français (modèle de développement des structures sportives avec le centre de formation).

Et à la première difficulté survenue, tout ce « petit monde » qui a contraint les collectivités territoriales, se permet d’anéantir en une décision dans un bureau à Paris, les efforts menés par le club et les collectivités depuis plus de 20 ans.

A l’évidence, le club a été mal dirigé par ses responsables et son Président. En sanctionnant très sévèrement Le Mans FC par un retrait de son statut professionnel et son exclusion des championnats nationaux, la Fédération Française de Football fait fi de tous les investissements réalisés et notamment des politiques de soutien envers les jeunes et les féminines (centre de formation, internat sportif, etc.).

Il y a bien un parallèle entre la situation du Mans FC et le libéralisme économique qui ravage le monde de l’entreprise. Avec ce comportement, la FFF et la LFP adoptent une logique libérale carnassière, à l’image d’un actionnaire qui décide de raser une usine et de supprimer des emplois depuis sa tour d’argent.

Un comportement de « jean-foot’re » à l’égard des collectivités qui ont consenti des investissements conséquents !

Et les exemples sont nombreux ! Près de chez nous, la lutte des Candias du Lude illustre tout à fait notre propos.

Face à cela, les collectivités territoriales doivent être le nouveau fer de lance d’une régulation à imposer dans le sport professionnel et de haut niveau, sous peine de voir l’exemple du Mans FC se reproduire !!

 

Patrice PERDEREAU

Pour le Parti de Gauche 72