Communiqué de presse - Parti de Gauche 72

 

 Le Mans, le jeudi 29 août 2013

 

               Le gouvernement Hollande entérine et accroit la réforme Sarkozy

 

La réforme des retraites annoncée par Jean-Marc Ayrault fait froid dans le dos. Elle obéit aux injonctions de Bruxelles et dément les prévisions optimistes de François Hollande sur la reprise : les déficits annoncés en 2020 tablent sur le même niveau d’emploi qu’aujourd’hui !

La retraite à 60 ans est définitivement enterrée. L’extension de la durée de cotisation va se poursuivre pour atteindre 43 ans en 2035. Il s’agit d’une triste première pour un gouvernement « de gauche ». Les cotisations salariales vont augmenter dès 2014 et réduire davantage le pouvoir d’achat des français-es.

L’augmentation des cotisations patronales et les efforts du patronat pourraient  être une bonne nouvelle à première vue, mais c’est en fait un trompe l’œil : Ayrault a annoncé une diminution des cotisations patronales finançant la politique familiale. Ce que donne le patronat d’une main, il va donc le récupérer de l’autre alors que le patronat a déjà bénéficié d’un cadeau fiscal de 20 milliards d’euros sans contrepartie l’année dernière. Le Medef peut se réjouir !

La création du compte pénibilité ne résout rien et est un dangereux écran de fumée : il introduit l’idée d’une retraite à point, individualisée, qui va à l’encontre du salaire socialisé créé par le Conseil national de la Résistance. Les annonces en faveur des chômeurs et des travailleurs à temps partiel sont largement insuffisantes car la politique du gouvernement va créer toujours plus de chômage après avoir fragilisé les CDI avec l’Accord National Interprofessionnel (ANI).

Le Parti de Gauche de la Sarthe demande le retrait de cette réforme et revendique :

  • La retraite à 60 ans à taux plein et au minimum au niveau du Smic,
  • Une réelle politique de lutte contre le chômage et d’augmentation des salaires,
  • La fin des exonérations de cotisations sociales,

Le Parti de Gauche de la Sarthe appelle les sarthois-es à se mobiliser contre cette réforme qui va à l’encontre de l’intérêt général et sert une fois de plus le patronat, et ce dès le 10 septembre prochain derrière les syndicats.

 

Patrice PERDEREAU

Coordinateur départemental du PG 72