Toutes les villes de France ont un stade, un gymnase ou une piscine qui porte le nom du baron Pierre de Coubertin, reconnu comme le créateur du sport moderne.

Malgré cela, Monsieur de Coubertin refusait aux femmes l'accès aux stades ainsi qu’aux installations sportives, car il ne souhaitait pas que les femmes s'exhibent, ni qu'elles cultivent leurs capacités physiques.

De fait, les femmes ont dû s'organiser et créer des sections féminines de sport parallèlement aux sections masculines.Ces clubs féminins ont dû leur essor à Alice Milliat qui fit en sorte que les femmes soient reconnues pour leur performance,et que le sport féminin trouve sa place aux Jeux Olympiques et dans toutes les sociétés sportives de l'époque.

En procédant à l’attribution du nom d’Alice Milliat au nouveau dojo qui a été inauguré ce samedi 31 août, la Ville du Mans rend ainsi hommage au rôle prépondérant qu’a joué cette femme dans la construction du sport féminin.

Pour le sport féminin d’aujourd’hui, la MMArena va accueillir deux évènements importants en fin d’année.

Le 7 septembre, à la suite de la journée Sport en fête, qui fera aussi la promotion du football féminin  pour tous les âges, l’équipe de foot féminine du Mans FC jouera contre l'équipe de Saint-Maur, dans le cadre du championnat de France de D2.

Le jeudi 28 novembre, l'équipe de France, jouera contre la Bulgarie dans le cadre de la qualification pour la Coupe du Monde 2015.

Le sport féminin n’est pas le casino des sportifs en pantoufle, ni le panthéon de sportives capricieuses, mais bien le modèle nécessaire aux adolescentes et aux femmes qui veulent juste éprouver leurs capacités physiques dans des activités exigeantes et ludiques.

Pour les femmes aussi, le sport donne la santé et une bonne confiance en soi. Tout le monde y gagne…

 

Chantal Hersemeule

Conseillère municipale, déléguée aux Droits des Femmes