Le traitement des déchets implique de se battre sur plusieurs fronts comme le fait Claude Picault, en charge de la propreté sur l’agglomération mancelle.

Avec le nouveau tri sélectif mise en place avec succès à la fin de l’année 2012, ce sont de nouvelles habitudes que chaque concitoyen a pris en mettant dans des bacs verts le papier, le carton, le plastique, et les emballages métalliques. Cette petite révolution de la collecte sélective s’appelle la collecte en mélange (mono-flux pour les professionnels).

Une fois effectuée, en amont, la collecte en mélange suppose que le tri en bout de chaîne soit techniquement possible et efficace. Ca l’est ! Constitué par l’alliance des sociétés Passenaud et Sita, le nouveau centre de tri ValorPôle 72 répond à cette exigence. Il a récemment, le 13 septembre dernier, été inauguré après un an d’exploitation et 22 000 tonnes de déchets. Ce centre est parmi les plus modernes de France actuellement.

Par semaine, ce sont entre 300 à 400 tonnes de déchets produits par presque 310 000 sarthois. Le Mans Métropole en partenariat avec sept autres communautés de communes a permis ce démarrage. Une vingtaine de salariés actuellement procède au tri des derniers déchets que machines, souffleries, trieuses optiques n’ont pu détecter.

ValorPôle 72 ne fonctionne pas encore à plein régime puisque l’usine a été conçue pour une capacité de 45 000 tonnes de déchets par an. Mais d’autres collectivités locales pourraient être intéressées par cet équipement dont l’utilisation est facturée aujourd’hui 115 € la tonne à Le Mans Métropole, prix en deçà de la moyenne nationale.

Fort heureusement, l’argument financier ne se joue pas au détriment d’une valorisation optimale des déchets qui sont acheminés après tri vers des filières de recyclage pour être transformés.