Conseil Municipal du jeudi 14 novembre 2013

Intervention sur un centre municipal de santé dans le cadre du vote du Contrat local de santé.

" Monsieur le Maire, mes chers collègues,

Dans le domaine de la santé, les communes sont dans une situation paradoxale : elles n'ont que peu de compétences « officielles » en matière de santé, essentiellement des prérogatives relevant de l'hygiène, et comme employeur, de médecine et d'hygiène du travail pour le personnel communal; pourtant, elles sont en première ligne, en tant que niveau de collectivité le plus proche de ses concitoyens, devant les difficultés actuelles d'accès aux soins dits de premier recours.

Ces difficultés sont de plusieurs ordres :

- D'abord, la démographie médicale des généralistes est en chute libre. C'est vrai dans la Sarthe et au Mans, où l'âge moyen des médecins est élevé, autour de 56 ans. Et ceux qui partent en retraite éprouvent une vraie difficulté à trouver leur remplaçant. Ainsi, sur les 117 généralistes exerçant dans notre ville, la perspective à 5 ans, c'est la diminution d'un tiers, ce qui nous ramènerait au chiffre tout à fait insuffisant de 77 généralistes pour 150 000 habitants. Cela représente une densité de 51 médecins pour 100 000 habitants à comparer par exemple avec les chiffres actuels de Loire Atlantique autour de 110.

- De plus, les mentalités évoluent, et les jeunes médecins, qui sont en grand nombre des femmes,( 80% d'étudiantes dans les facultés de médecine de Nantes et Angers) ne veulent plus travailler comme leurs aînés. C'est une étude récente de l'Ordre des médecins qui le montre: ils ou plutôt elles souhaitent majoritairement travailler en équipe, et être salarié(e)s, dans des structures où ils (elles) sont déchargé(e)s des tâches administratives et où ils (elles) peuvent véritablement exercer la médecine à temps plein.

- A tout cela s'ajoute qu'avec l'aggravation de la crise, beaucoup de gens pour des raisons économiques, renoncent aux soins, ou vont directement aux urgences de l'hôpital pour des situations ne relevant justement pas de l'urgence, encombrant un service où les soignants sont déjà soumis à une forte pression.

Bref, tous les élus sont très conscients de ces difficultés et un groupe de travail de la majorité municipale, mené par Martin Combe et moi-même travaille depuis plus d'un an à essayer de trouver des solutions. Je regrette de ne voir qu'un petit paragraphe incomplet, concernant la proposition particulièrement étudiée, d'un centre municipal de santé. Un tel centre présente de nombreux avantages. Non seulement les médecins y sont salariés, mais la pratique du tiers-payant y est obligatoire, ce qui est très important pour les patients. Quand ces derniers franchissent la porte d'un centre de santé, ils sont assurés de s'acquitter au plus du ticket modérateur pour régler leur consultation (6,90 euros) et de bénéficier de la gratuité s'ils ont une mutuelle. Aujourd'hui, ces centres municipaux se développent (plus de 70 projets en France), et c'est légitime puisqu'un rapport de l'Inspection Générale des Affaires Sociales de juillet dernier en souligne toute la pertinence. Les inspecteurs reconnaissent que les centres ont -je cite- « une réelle utilité sanitaire et sociale...répondent aux préoccupations financières d'accès aux soins...accueillent des populations plus précaires ...et répondent aux attentes d'une bonne partie des jeunes professionnels. » Je rappelle qu'en Sarthe deux communes, qui ne parvenaient pas à attirer des libéraux, ont déjà choisi avec succès cette option, les communes de La Ferté-Bernard et de Connéré. D'ailleurs les maires ont participé en octobre dernier au congrès de la Fédération Nationale des Centres de Santé et le maire de Connéré y a reçu un prix. Cette distinction récompense la création de son centre qui répond aux attentes d'une politique de santé nouvelle et exigeante. Il me paraitrait légitime que Le Mans suive leur exemple, d'autant que la ministre de la santé Marisol Touraine, présente à l'ouverture du Congrès a bien souligné que les centres de santé « occupaient une place qui doit être confortée et renforcée ».

Je propose donc au conseil d 'adopter le principe de création d'un centre municipal de santé qui pourrait entrer en cohérence avec les actions de prévention et d'éducation à la santé développées dans le contrat local de santé adopté par le Conseil Municipal. Ces deux volets, prévention et éducation à la santé font en effet partie des missions obligatoires des centres de santé."

Maryse BERGER